Élection au Conseil Mondial du BDSM

Oct 03
Élection au Conseil Mondial du BDSM 03 Octobre 2021 Larry

Grande nouvelle : ce weekend, j'ai été élu à l'unanimité au rang exalté de Grand Commandeur du Conseil Mondial du BDSM !

Inclinez-vous devant ma Majesté, paysans !

LOL.

Bon, je suppose que vous aurez compris que c'est de la blague. Si vous me connaissez, que vous avez lu mes articles, ou que vous m'avez rencontré en réel, vous savez que j'aime blaguer et surtout que je déteste l'élitisme (même hors du BDSM). Bref, il est évident que je blaguais...

Mais là où moi je plaisante, d'autres se prennent au sérieux !

J'ai encore trouvé hier un de ces articles à se taper la tête contre la table...

Vous vous rappelez peut-être de l'article que j'avais publié, il y a un bon moment, sur le mythe des « obédiences » dans le BDSM. Vous savez : les soi-disant « école latine » et autre délires ridicules présentés dans un livre apocryphe, sorti tout droit de l'imagination d'une SEULE personne, qui avait tenté de nous faire croire que toutes ces élucubrations sont la réalité (LOL)...

Là, j'ai trouvé un « truc » similaire, en anglais, qui parle de soi-disant « maisons » BDSM. On y trouve de sérieux parallèles dans le délire avec le livre sur les « écoles ». Et ces gens-là présentent tout ça d'un ton super sérieux ! Je n'en reviens pas. Et ne parlons pas de leur arrogance et de leur élitisme échevelé, c'est à vomir...

La « Société Orientale » (The Oriental Society), le « Conseil Européen » (The European Council) ? N'importe quoi !

Extraits choisis (source : http://web.archive.org/web/20001119025300/http://castlerealm.com/library/formality.shtml ) :

Houses: A common term for the families or small communities that have evolved from adhering to certain social activities, social values and morals associated with the Dominant/submissive lifestyle. Each "clan" developed their own special standards, style and customs and there are wide variations as to what is acceptable within a "house." We find two distinctly different styles between the two main groups found within the term:

The Oriental Society: The lifestyle developed in the Oriental countries, mainly Japan. This group of "houses" or "families" focuses mainly on the psychological and artistic aspects of Dominance and submission. Physical punishment and pain play little part in their world and great attention is given to the surrender and control of the mind and emotions. The beauty and artistic appeal of their method is easily seen in Japanese rope bondage.

The European Council: Developed in Europe, mainly Germany, Belgium and France, this group is heavy into the more physical aspects of the lifestyle and incorporates the bulk of the BDSM practices we find today. The German houses gave birth to the PonyGirl/Boy and many of the other fetishes found in the power exchange. Within the European houses we find most of the Dominatrixes and male submissives, along with the practices associated with them, such as CBT.

[...]

Are these "houses" real or only a fantasy created by some fiction book?

These houses are very real as are the people who are involved in them. The history available dates their existence as far back as 2000 years and they most likely existed before then in a less structured manner. It is a common practice for people with similar ideals and interests to join together to share their experiences and needs, so the existence of these groups should not come as any great surprise to those who are aware of human behavioral sciences. You may not see a sign hanging over the doorway of the little white house on the corner of 3rd and Maple Street that says "Joe's D/s House and Grill," but they are there, hidden from view and doing very nicely in our everyday society.

One of the things that has undermined the existence of these houses is the current fad D/s is undergoing. It seems that every Tom, Dick and Harry has jumped on the band wagon and proclaimed themselves to be members of this or that house and boast of having their Masters degree in BDSM or D/s. The truth is that most of them are charlatans who have found a way to give credence to their misuse of power and pitiful knowledge. Their unfounded claims have planted more misunderstanding in this lifestyle than almost any other factor. Be wise and have doubts about anyone who solicits you for enrollment in a "house" especially on the Internet or at scene clubs. Most people who truly have roots in the old families are not about to proclaim it to the world.

➜ Soyons bien clairs, si vous ne connaissez pas encore trop le BDSM : tout ça, c'est à 100% BIDON, du total n'importe quoi, du pur crottin de mammouth !

Sérieusement, ça me donne envie de rire.

Leur histoire -connue- remonterait à 2 000 ans en arrière ? DE QUOI ON PARLE LÀ ? Des choses aussi VITALES pour l'histoire du BDSM, si elles étaient vraies, on en aurait depuis longtemps entendu parler ! Montrez-moi des preuves ? Hà ? Y'en a pas ? Je suis surpris (LOL). Je fais des recherches plutôt intenses sur le BDSM depuis des années, il est IMPOSSIBLE que je n'en aie jamais entendu parler ailleurs !

De toutes façons, la façon de parler de l'auteure (supposée) du texte, arrogante, hautaine, élitiste et tout, vous donne toutes les infos nécessaires pour apprécier le sérieux du reste de ses écrits. Sérieusement : lisez le reste de la page, ça explose les records de stupidité, d'ignorance, de mauvaise attitude et d'arrogance, c'est assez impressionnant...

Maintenant, vous m'excuserez, mais je dois retourner m'occuper des affaires du CONSEIL. Bon, chut, hein ! Tout ça c'est top secret !!

La « petite » différence qui change tout !

Août 27
La « petite » différence qui change tout ! 27 Août 2020 Larry

Tout le monde peut se tromper...

Il y a quelques années, je cherchais un nouveau job dans mon domaine (informatique). J'étais tombé sur une annonce qui paraissait intéressante : dans mon domaine (internet) et visiblement, le projet était assez gros vu la description.

Grosso modo, il s'agissait de gèrer/programmer un gros site internet marchant, avec des millions de visites, bref, un truc d'une taille suffisante pour m'intéresser. Vous vous en doutez, pour un pro ayant des années d'expérience, et ayant travaillé sur des projets avec de grosses responsabilités et d'énormes budgets, un petit site n'aurait pas eu d'intérêt (ni le salaire)...

Toutefois, deux choses m'avaient surpris au début de l'annonce : l'offre était pour une marque de biscuits français, et j'étais étonné qu'ils aient besoin d'un si gros site (vu la description), et ils parlaient aussi d'une ambiance « saine », ils insistaient un peu plus loin sur cet aspect. Mmmh. Oui, j'espère bien que c'est sain et qu'on ne travaille pas au milieu des machines à fabriquer les biscuits (et autres)...

Quand même, ça me chiffonnait ces remarques multiples.

Tout en bas de l'annonce, ils expliquaient qu'on ne serait pas mélangés aux équipes de tournage. WTF? De quoi ils parlent ? Quel était le rapport avec les biscuits ?

Vous avez compris mon erreur ?

J'avais pensé lire une annonce de la société « Michel et Augustin », qui est une société française connue qui fait des produits alimentaires (dont des biscuits). Mais en fait, ce n'était pas ça, le nom de la société était ... « Jacquie et Michel », c'est à dire le site porno français !

Ça expliquait pourquoi ils parlaient d'un gros site qui m'avait semblé disproportionné...

Ben oui, je connaissais de nom le site porno, mais sans plus, leurs prénoms ne m'étaient pas restés en tête, et je ne m'attendais pas à trouver une annonce pour leur site sur ce forum, par contre, une annonce pour « Michel et Augustin » était le genre de chose que je m'attendais plus à y trouver.

Bon, les deux ont « Michel » dans le nom et utilisent 2 prénoms d'hommes accolés, ça explique mon erreur. Il faut dire aussi que, bizarrement, dans l'annonce, ils ne disaient pas que la société faisait du porno, on était supposés le savoir déjà. Généralement les sociétés indiquent leur domaine en début d'annonce.

Bref, j'ai été à 2 doigts d'envoyer ma candidature à un site porno en croyant m'adresser à une biscuiterie. La lecture de ma lettre de motivation aurait été comique .

Remarquez, ça ne m'aurait pas gêné de travailler dans le porno, après tout, voyez ce que je fais déjà... Mais ce n'était pas ce que je cherchais (pour diverses raisons).

Une petite erreur...