Rien à cacher ! (Ou pas.)

Fév 22
Rien à cacher !  (Ou pas.) 22 Février 2022 Larry

Je me demande combien de siècles il faudra pour faire pénètrer certains concepts -basiques- dans le crâne si dur de tant de personnes.

C'est EFFRAYANT !

Vous vous rappelez probablement que j'ai récemment publié mon article sur les « red flags ».

Dans celui-ci, je dénonce énormément de stupidités, dont les idées absurdes que connaître l'identité de quelqu'un est « IMPORTANT » pour éviter les abus. Regarder cce qui se passe dans les couples, notamment les divorces et violences conjugales, montre à quel point c'est RIDICULE : même vivre ensemble, n'aide pas pour éviter les abus !

Pendant que je rédigeais mon article suivant, sur la validation (« vetting »), qui est lié aux « red flags », je suis à nouveau tombé sur une perle que je vois passer souvent, TROP SOUVENT.

[...] but knowing their full name, where they work, and such should be general facts that someone who has nothing to hide would be willing to share

Haaaa, le bon vieux « rien à cacher » !

(Passons sur le fait que connaître la vraie identité de quelqu'un n'AIDE PAS s'il y a des problèmes, voyez mon article sur les « red flags » pour les détails...)

C'est STUPIDE, depuis combien d'années nous sort-on ce stupide « rien à cacher » ? Même en parlant des photos sur des sites BDSM, on trouve des dingues qui disent que « rien ne peut excuser de ne pas montrer son visage » ! C'est dément ! Il faut être inconscients pour dire ça.

En plus, tous ces gens-là savent parfaitement que, encore de nos jours, le BDSM reste mal vu et même pour une part illégal (plus ou moins gravement selon les pays).

On a TOUJOURS quelque chose à cacher !

Je me rappelle l'avoir dit en ces mots quand j'étais étudiant à la fac, quand un autre élève avait sorti le vieux « j'ai rien à cacher ». Même si on n'a RIEN fait de mal ou d'illégal, il y aura toujours des gens pour trouver du mal à quelque chose ou tout simplement des choses qu'on veut garder pour soi (ou son couple)...

Et le meilleur argument pour faire taire ces gens-là, c'est de leur répondre « ok, alors, je peux venir chez toi et fouiller dans tes tiroirs de sous-vêtements, placer une caméra dans les toilettes, ou te filmer au lit et publier tes ébats sur internet ? T'as RIEN à cacher, pas vrai ? ». Bizarrement ils/elles répondent toujours négativement... Ha, ben, finalement, leur « rien à cacher », il n'aura pas duré bien longtemps !

C'est pas dur à comprendre ! Pire quand on parle de choses plus ou moins taboues...

Pourtant, on trouve TOUJOURS ces discours absurdes.

C'est particulièrement stupide et impardonnable dans le cadre du BDSM, évidemment.

C'est fou !