Le BDSM n'a pas une explication simple !

Juin 07
Le BDSM n'a pas une explication simple ! 07 Juin 2021 Larry

Un des grands, très grands, problèmes avec les articles sur le BDSM est quand ceux-ci essaient d'expliquer pourquoi ces envies existent, bref de trouver « la source » du BDSM.

Dans la presque totalité des cas, ces articles ne proposent qu'UNE SEULE explication (généralement d'une naïveté consternante). Ça ne leur vient pas à l'idée qu'il puisse y avoir une multitude de facteurs et surtout que, de toutes façons, il n'existe pas un seul BDSM, identique pour tout le monde, c'est une vision simpliste (et ignorante).

C'est surtout vrai pour la psychanalyse et la psychiatrie : il est rarissime de trouver des articles qui ne soient pas dogmatiques, sans nuances, souvent avec une arrogance à peine déguisée, et qui présentent « LA RAISON », alors que toute personne qui connait un peu le BDSM pensera « WTF? » en lisant ce genre d'élucubrations...

Il est pourtant FACILE, trivial même, de montrer que cette idée qu'il n'y a qu'une seule source, une UNIQUE explication, ne tient pas la route ! Il suffit de rencontrer des pratiquants et pratiquantes lors d'un Munch ou d'aller regarder les forums de sites comme FetLife. LA chose qui frappe immédiatement est la très grande disparité d'expériences, d'envies, d'intérêts, de conception du BDSM, de façon de le vivre : intensité, type de pratiques, âge à partir duquel on a découvert ses goûts en la matière, etc. Il est immédiatement évident qu'entre des gens qui en font une fois par semaine ou par mois pour pimenter leur vie sexuelle et les cas les plus extrêmes, il y a UN MONDE de différence. Il est évident qu'on ne peut PAS expliquer des comportements aussi différents avec une seule approche (généralement naïve).

Le VRAI problème de fond, c'est que tous ces auteurs/auteures ne VEULENT PAS étudier le BDSM réel, et se basent sur quelques exemples spécifiques. Parfois, clairement, ils/elles n'ont JAMAIS rencontré de vrai pratiquant ou de vraie pratiquante. Et ce qui est choquant, c'est leur arrogance sur le sujet alors qu'ils ou elles ne savent PAS de quoi on parle, à un degré tel que c'est difficile à croire...

C'est embarrassant !

Par comparaison, prenons la nourriture. Rares sont les personnes qui n'ont pas au moins un ou plusieurs aliments (ou catégories d'aliments) qu'ils ou elles détestent.

Si on regarde les raisons, elles sont très variées :

  • allergie : par exemple aux cacahouèthes
  • n'aime tout simplement pas le goût : par exemple, je ne supporte pas le goût des tomates
  • raison morale/philosophique : par exemple, ne pas vouloir manger d'animaux
  • raison culturelle : dans certains pays on trouve normal de manger des insectes, en France, la plupart des gens trouveront ça répugnant...
  • mauvaise expérience : typiquement, si on a mangé tous les jours, ou trop souvent, tel ou tel aliment (pas forcément bien préparé), une fois adulte on en est dégoûté
  • aliments mal préparés : l'exemple classique est un plat mangé (de force) pendant l'enfance, mais qui était mal cuit, mal préparé, qui s'est transformé en haine du plat en question. Parfois, une fois adulte, on peut en manger qui soit BIEN préparer et se rendre compte que c'était là le vrai problème...
  • etc.

On voit bien que pour un phénomène (ne pas aimer ou détester un aliment), il existe plein de raisons totalement distinctes ! Personne de sensé ne va essayer de pondre UNE raison psychologique (ou autre), ce serait STUPIDE !

Mais pour le BDSM, visiblement, ça ne gêne pas tous ces gens-là qui vous pondent de vraies hallucinations...

« Il n'y a pas de femmes qui font du BDSM ». LOL. (Nawak #3)

Juin 06
« Il n'y a pas de femmes qui font du BDSM ». LOL. (Nawak #3) 06 Juin 2021 Larry

Il n'y a aucune femme qui fasse du BDSM, c'est bien connu ! LOL.

Je suis à nouveau tombé sur ce type d'hallucinations pendant que je faisais mes recherches pour mon article sur le CNC et les simulations de viol.

Vous voyez, ce sont des choses comme ça qui me font questionner et dénoncer le milieu médical (principalement les divers « psy » et les sexologues) et de la recherche en général (sociologie et autres), surtout dans le passé évidemment, quand on aborde le sujet du BDSM.

COMMENT est-ce possible de parler de façon aussi catégorique, autoritaire, dogmatique, pendant des décennies, en ayant TORT à ce point ? Ça dépasse l'entendement !

Remarquez aussi qu'un très grand nombre d'études sur le sujet se focalisaient sur les « gays », notamment aux USA. Évidemment, ça n'aide pas à percevoir la réalité de la situation si on se restreint à un échantillon aussi spécifique !

Le problème des Psychiatres (DSM)

J'avais déjà évoqué que dans le DSM (« bible » de la psychiatrie américaine), ils disaient n'importe quoi, malgré des améliorations récentes (très récentes). On parle quand même ici de gens qui affirmaient que très rares sont les femmes qui ont des paraphilies.

Dans leur conception absurde, les seules femmes supposées faire des pratiques de type SM étaient les prostituées. Alors que c'est évident que c'est FAUX, même à l'époque on avait des études qui indiquaient l'inverse (voir + bas) !

Extrait du DSM -IV-TR (paru en 2000), page 568, section « Paraphilies » :

Except for Sexual Masochism, where the sex ratio is estimated to be 20 males for each female. the other Paraphilias are almost never diagnosed in females, although some cases have been reported.

Et en plus, le pire, dans la même page, ils se contredisent clairement, en disant que les paraphilies sont étudiées dans un cadre de pathologies, mais qu'en réalité, vu le grand nombre de gadgets vendus et la pornographie, ça veut certainement dire que c'est bien plus répandu... Et ils/elles ne voient pas le paradoxe et ses conséquences ? Ils/elles ne voient pas que ça remêt en question leurs élucubrations ? Comment peut-on être aussi STUPIDE ?

Although Paraphilias are rarely diagnosed in general clinical facilities, the large commercial market in paraphilic pornography and paraphernalia suggests that its prevalence in the community is likely to be higher.

On a là un bel exemple chez ces « experts » de la profondeur inouïe de leurs préjugés et stéréotypes sexistes (envers hommes et femmes), ainsi que de la fermeture d'esprit, et du refus d'avoir une attitude scientifique, de l'esprit critique, et du simple bon sens !

Parlons-en de ces études qui montraient que oui, il y a bien des femmes (hors prostituées) qui font du BDSM : elles existaient (années 1970/1980) et pourtant, pendant des décennies, leurs résultats, clairs, n'ont PAS été pris en compte, il n'y a visiblement même pas eu de remise en question ou du moins d'interrogation, histoire de vérifier si elles étaient correctes... Quel aveuglement choquant ! Ça ne s'explique que par une chose : le REFUS de se remettre en question, de remettre des préjugés en question.

COMMENT voulez-vous avoir confiance en quoi que ce soit que disent ces gens-là après ça ?

Même moi, quand j'étais jeune, je savais que c'était FAUX ! Et eux, les prétendus experts et expertes n'ont « vu la lumière » que ces dernières années ? On se moque de nous !

Et n'oubliez pas que toutes ces personnes émettent des diagnostiques, sur un sujet dont ils/elles ne connaissent visiblement RIEN, à un degré choquant. Et surtout ils/elles ont une réelle influence sur la perception du grand public, des tribunaux, etc. Leurs opinions erronées ne sont pas anodines ! Toutes ces stupidités ont de vraies conséquences, sérieuses, sur les gens qui font du BDSM, mais aussi qui fantasment ou qui sont juste curieuses sur ce sujet...

Les études

Voici des références d'études, qui dès la fin des années 1970, et pendant les années 1980, montraient que ces croyances étaient ABSURDES. J'ignorerai volontairement le fait qu'une simple application de logique aurait pu le « prouver ».

Notez que même dans ces études il y a de sérieux problèmes, toujours actuels : seuls les gens qui sont « à fond » dans le BDSM sont pris en compte. En étudiant les clubs ou les lecteurs/lectrices de magazines sur le sujet, on ignore au bas mot 99% des gens qui font du BDSM (et ne parlons pas des gens qui fantasment sur le sujet) !

J'aurais aussi pu inclure les études faites par Kinsey dans les années 1950, qui montraient aussi que hommes et femmes avaient des intérêts de type BDSM. Mais ici, je présente des études plus clairement dédiées au problème, plus convaincantes encore.

Conclusion

Ha là là, les préjugés sur le sexe, et les genres, ont la vue dure !

Quand on pense qu'encore de nos jours on lit des élucubrations totales sur le BDSM, c'est pathétique ! De nos jours, il n'y a plus d'excuses, surtout quand on voit qu'il y a finalement pas mal de textes (malgré leurs problèmes) qui depuis des dizaines d'années contredisent la « pensée unique » qui a prévalu trop longtemps...

Mais ça n'a RIEN d'étonnant quand on voit la façon de procéder de toutes ces personnes.

Pourquoi TOUJOURS des erreurs ? Ça gâche tout !

Mai 03
Pourquoi TOUJOURS des erreurs  ? Ça gâche tout ! 03 Mai 2021 Larry

POURQUOI ?

Oui, pourquoi y-a-t'il toujours autant d'erreurs et de problèmes même dans les écrits les plus informatifs et positifs sur le BDSM ?

C'est à devenir fou ! Argh ! (Et c'est vraiment embarrassant.)

Il y a quelques temps, j'ai trouvé diverses infos très intéressantes sur le site « Revise F65 ». Ce site avait été créé pour lutter contre la stigmatisation du SM qui existait encore dans l'ICD-10.

L'ICD (CIM en Français) ou Classification Internationale des Maladies est un ouvrage qui permet de classifier les maladies à l'aide de codes (ça rend plus facile la communication). Dans sa version précédent (ICD-10), elle contenait une section sur les paraphilies : « F65 Disorders of sexual preference », dans laquelle on trouvait notamment le fétichisme et le sadisme/masochisme. Et le problème était que cette section contenait des préjugés et -en simplifié- contribuait à la stigmatisation de ces types de pratiques...

Le site « Revise F65 » avait été créé pour faire campagne contre cette section et demandait sa suppression. Avec succès : la version 11 a supprimé les entrées en question...

Le site contient une grande quantité d'informations, très intéressantes, avec des analyses, démonstrations (notamment basées sur des études), des mises en perspective historique, pour dénoncer les préjugés (ridicules) encore associés au fétichisme et au BDSM.

Leur meilleur document est le rapport envoyé à l'OMS (qui supervise l'ICD) qui demandait la révision du fameux article F65 :

http://revisef65.org/2011/11/11/icd-11-revision-scientific-political-support-revise-f65-reform-second-report-world-health-organization-2

En passant : le site contient beaucoup d'autres pages intéressantes, malheureusement, il est mal organisé, de nombreuses pages ont disparu (liens morts), il est dur à naviguer, en de multiples langues qui sont trop souvent mélangées, etc. Bref, accèder aux infos n'est pas aisé, et le site ayant rempli sa fonction, il ne semble plus guère être maintenu.

Donc, cet article majeur (cité ci-dessus) contient une longue démonstration, très détaillée, qui remêt à leur place un grand nombre de mythes et préjugés sur le BDSM.

De tous les documents que nous avons lus, c'est un des meilleurs et des plus complets (de loin !), de ce point de vue.

Il fera partie des documents dont nous recommandons la lecture...

Malheureusement, il a fallu que ses auteurs et auteures gâchent TOUT en y incluant des erreurs bizarres (en début du texte), mais SURTOUT, en donnant la parole à des gens qui sont clairement des extrémistes (qui présentent le BDSM sous un angle très spécifique, restreint, qui ne correspond PAS au BDSM pratiqué par la majorité) et même, pire peut-être, en donnant la parole à des psychanalystes et psychiatres, qui certes dénoncent d'anciennes notions fausses héritées du passé, MAIS ensuite, proposent LEURS propres idées qui sont tout aussi BIDON ! C'est n'importe quoi ! Et en plus, le texte n'indique pas que ce sont des points de vue spécifiques, laissant à penser que toutes ces élucubrations sont forcément vraies...

POURQUOI ?

POURQUOI même des textes ayant demandé autant d'efforts, qui sont si détaillés, et positifs pour le BDSM, sont-ils ainsi ruinés par ces problèmes ? Où est donc passé l'esprit critique et le bon sens de ces gens-là ?

Je m'étais déjà plains de ce type de problèmes, mais là, c'est encore pire quand on pense que ce document a une grande importance historique/sociale (après tout, il a fortement contribué aux modifications de l'ICD-11).

Ha là là, c'est pas gagné !

BDSM et « argent facile » : une naïveté embarrassante...

Janv 17
BDSM et « argent facile » : une naïveté embarrassante... 17 Janvier 2021 Larry

En consultant le site BDSM FetLife, nous avons encore trouvé plusieurs annonces naïves de jeunes femmes qui pensent qu'il suffit de poster une annonce avec quelques insultes pour que les hommes se jettent à leurs pieds pour leur envoyer de l'argent.

C'est embarrassant de voir ça... Et insultant pour les hommes soumis (sans compter le sexisme latent, mais nous n'insisterons pas sur ce point).

Et elles ne font vraiment AUCUN effort : pas de photos « attirantes », des textes brefs et visiblement non réfléchis et bourrés de préjugés et de stéréotypes sur les hommes soumis (supposés être la cible) sans compter les fotes d'ortograf.

Mais le plus bizarre, c'est que nous avons même lu des articles de magazines (que nous ne félicitons pas) qui présentent ce genre de choses comme étant un moyen de se faire de l'argent... Consternant de naïveté (et de simple stupidité).

➜ Non, le BDSM ce n'est pas un moyen magique de faire facilement de l'argent, ça serait trop simple !

Sérieusement, comment peut-on réellement croire qu'il suffit de quelques insultes (déplacées) pour se faire submerger de demandes et d'argent ? Elles ne font même pas l'effort minimal de se renseigner sur la domination (financière et réelle) !

Et ça fait des années que nous voyons passer ce type d'annonces, certaines plus naïves que d'autres, parfois même carrément désagréables (non, dominer n'est pas synonyme d'avoir une mauvaise attitude et un sale caractère !).

C'est embarrassant de voir une telle naïveté.