Heinrich Kaan : « Psychopathia Sexualis » (1844)

Juil 10
Heinrich Kaan : « Psychopathia Sexualis » (1844) 10 Juillet 2021 Larry

Parfois je me demande si je dois en rire ou en pleurer...

L'ouvrage dont je vais parler est vraiment, vraiment, une PERLE. Un humour involontaire, mélé à pas mal de dégoût quand on pense aux conséquences réelles qu'ont eues -jusqu'à nos jours- ces types d'idées TOXIQUES.

Si vous ne comprenez pas le gag de l'illustration, c'est une allusion au fameux « Khaaannnn ! » crié par le capitaine Kirk dans le film « Star Trek 2 : la colère de Khan » (https://fr.wikipedia.org/wiki/Star_Trek_2_:_La_Col%C3%A8re_de_Khan).

Toute personne qui s'est un peu intéressée à la psychiatrie dans le contexte du BDSM a probablement entendu parler du fameux « Psychopathia Sexualis » de Krafft-Ebing. J'y dédierai un article, car c'est un ouvrage qui a non seulement une importance historique, mais qui est aussi une des sources MAJEURES de la stigmatisation du BDSM que nous avons héritée du 19e siècle.

Mais si vous avez fait des recherches spécifique sur la « Psychopathia Sexualis », en pensant trouver l'ouvrage de Krafft-Ebing, vous aurez peut-être vu passer des références à un autre ouvrage de même nom, nettement plus ancien, dont l'auteur est Heinrich Kaan.

Kaan(1816-1893) a écrit (publié) son ouvrage en 1844, alors que Krafft-Ebing(1840-1902) est né en 1840 seulement, donc Kaan est de loin son précurseur.

Notez que malgré des titres identiques, et des préoccupations similaires, les ouvrages sont assez différents. Et les différentes éditions de Krafft-Ebing ont atteint des centaines de pages, une longueur qui dépasse de loin le relativement bref ouvrage de Kaan.

Comme je disais plus haut : cet ouvrage est involontairement comique à de nombreux niveaux. C'est difficile de prendre au sérieux les totales élucubrations et délires divers de son auteur !

Ha, notez aussi qu'il avait été rédigé en Latin : la « défense » (ridicule) de l'époque pour éviter que des yeux « profanes » puissent lire sur ces sujets tabous. Passons sur le fait qu'à l'époque, le nombre de gens ayant appris le Latin était bien plus élevé que maintenant... Krafft-Ebing aussi écrira des passages de son ouvrage en Latin, pour les sections les plus « graphiques ».

Dans son livre il « dénonce » les méfaits des déviances sexuelles, notamment, avant tout, la masturbation. C'était LE thème en vogue à l'époque : il y avait tout un tas de croyances bizarres et RIDICULES à propos de ça, ils pensaient que ça provoquait des maladies et pouvait même mener à la mort ! LOL.

Le livre est évidemment, on s'y attend vu l'époque, BOURRÉ de remarques ultra-sexistes, de racisme (envers les « peuples inférieurs »), et autres joyeusetés de ce genre (rappelons qu'on est au début/milieu du 19e).

Si vous attendiez un livre « scientifique » : LOL. Vous allez vers une GROSSE déception. Comme tous les auteurs de cette époque sur ces sujets (des CHARLATANS), l'aspect scientifique est NUL, tout est basé sur des opinions de l'auteur, fortement influencées, bien évidemment, par les croyances absurdes de son époque.

Un des problèmes de son livre est qu'il y annonce et décrit plein de choses (avec dogmatisme) mais néglige (comme par hasard) d'expliquer comment il en est venu à ses conclusions plutôt hasardeuses (pour ne pas dire TOTALEMENT BIDON). Si vous pensez que ce n'était pas le but du livre, hé bien en fait, ça aurait dû ! Rappelez-vous : c'est un livre « médical/scientifique », destiné à ses pairs, pas un ouvrage de vulgarisation destiné au grand public. Avec de tels procédés, il aurait aussi bien pu proclamer que la Lune est un morceau de fromage géant habité par des lapins bleus, ça n'aurait pas été beaucoup plus saugrenu...

Certaines des ses idées et descriptions m'ont donné envie de me rouler sous la table, quand il parle du sperme par exemple, ou de la différence d'envies sexuelles entre les cannibales et les végétariens (je suis végétarien), et, bien entendu, ses délires sur la masturbation, qui reviennent SANS ARRÊT. Même juste avoir des fantaisies (sexuelles) pendant un rapport (hétéro classique), était pour lui une anomalie ! C'est si absurde -et stupide- qu'on ne peut PAS ne pas en rire. Et évidemment, il se prend SUPER au sérieux ! Il est sincère dans ses délires (ça fait un peu peur).

Mais très vite, j'en viens à avoir un peu pitié : comment tous ces gens-là pouvaient-ils être si prisonniers de leurs croyances absurdes ? Remarquez que je ne l'excuse pas pour autant : ses idées, et celles de ses pairs, ont eu de LOURDES -et même tragiques- conséquences, et pas que pour le BDSM !

Un article intéressant sur le sujet : https://www.insidehighered.com/views/2016/10/05/review-%E2%80%98heinrich-kaan%E2%80%99s-%E2%80%9Cpsychopathie-sexualis%E2%80%9D-1844-classic-text-history-sexuality

Bref : une curiosité, oui, mais avec des idées qui étaient déjà dépassées il y a 100 ans. LOL.