Heinrich Kaan : « Psychopathia Sexualis » (1844)

Juil 10
Heinrich Kaan : « Psychopathia Sexualis » (1844) 10 Juillet 2021 Larry

Parfois je me demande si je dois en rire ou en pleurer...

L'ouvrage dont je vais parler est vraiment, vraiment, une PERLE. Un humour involontaire, mélé à pas mal de dégoût quand on pense aux conséquences réelles qu'ont eues -jusqu'à nos jours- ces types d'idées TOXIQUES.

Si vous ne comprenez pas le gag de l'illustration, c'est une allusion au fameux « Khaaannnn ! » crié par le capitaine Kirk dans le film « Star Trek 2 : la colère de Khan » (https://fr.wikipedia.org/wiki/Star_Trek_2_:_La_Col%C3%A8re_de_Khan).

Toute personne qui s'est un peu intéressée à la psychiatrie dans le contexte du BDSM a probablement entendu parler du fameux « Psychopathia Sexualis » de Krafft-Ebing. J'y dédierai un article, car c'est un ouvrage qui a non seulement une importance historique, mais qui est aussi une des sources MAJEURES de la stigmatisation du BDSM que nous avons héritée du 19e siècle.

Mais si vous avez fait des recherches spécifique sur la « Psychopathia Sexualis », en pensant trouver l'ouvrage de Krafft-Ebing, vous aurez peut-être vu passer des références à un autre ouvrage de même nom, nettement plus ancien, dont l'auteur est Heinrich Kaan.

Kaan(1816-1893) a écrit (publié) son ouvrage en 1844, alors que Krafft-Ebing(1840-1902) est né en 1840 seulement, donc Kaan est de loin son précurseur.

Notez que malgré des titres identiques, et des préoccupations similaires, les ouvrages sont assez différents. Et les différentes éditions de Krafft-Ebing ont atteint des centaines de pages, une longueur qui dépasse de loin le relativement bref ouvrage de Kaan.

Comme je disais plus haut : cet ouvrage est involontairement comique à de nombreux niveaux. C'est difficile de prendre au sérieux les totales élucubrations et délires divers de son auteur !

Ha, notez aussi qu'il avait été rédigé en Latin : la « défense » (ridicule) de l'époque pour éviter que des yeux « profanes » puissent lire sur ces sujets tabous. Passons sur le fait qu'à l'époque, le nombre de gens ayant appris le Latin était bien plus élevé que maintenant... Krafft-Ebing aussi écrira des passages de son ouvrage en Latin, pour les sections les plus « graphiques ».

Dans son livre il « dénonce » les méfaits des déviances sexuelles, notamment, avant tout, la masturbation. C'était LE thème en vogue à l'époque : il y avait tout un tas de croyances bizarres et RIDICULES à propos de ça, ils pensaient que ça provoquait des maladies et pouvait même mener à la mort ! LOL.

Le livre est évidemment, on s'y attend vu l'époque, BOURRÉ de remarques ultra-sexistes, de racisme (envers les « peuples inférieurs »), et autres joyeusetés de ce genre (rappelons qu'on est au début/milieu du 19e).

Si vous attendiez un livre « scientifique » : LOL. Vous allez vers une GROSSE déception. Comme tous les auteurs de cette époque sur ces sujets (des CHARLATANS), l'aspect scientifique est NUL, tout est basé sur des opinions de l'auteur, fortement influencées, bien évidemment, par les croyances absurdes de son époque.

Un des problèmes de son livre est qu'il y annonce et décrit plein de choses (avec dogmatisme) mais néglige (comme par hasard) d'expliquer comment il en est venu à ses conclusions plutôt hasardeuses (pour ne pas dire TOTALEMENT BIDON). Si vous pensez que ce n'était pas le but du livre, hé bien en fait, ça aurait dû ! Rappelez-vous : c'est un livre « médical/scientifique », destiné à ses pairs, pas un ouvrage de vulgarisation destiné au grand public. Avec de tels procédés, il aurait aussi bien pu proclamer que la Lune est un morceau de fromage géant habité par des lapins bleus, ça n'aurait pas été beaucoup plus saugrenu...

Certaines des ses idées et descriptions m'ont donné envie de me rouler sous la table, quand il parle du sperme par exemple, ou de la différence d'envies sexuelles entre les cannibales et les végétariens (je suis végétarien), et, bien entendu, ses délires sur la masturbation, qui reviennent SANS ARRÊT. Même juste avoir des fantaisies (sexuelles) pendant un rapport (hétéro classique), était pour lui une anomalie ! C'est si absurde -et stupide- qu'on ne peut PAS ne pas en rire. Et évidemment, il se prend SUPER au sérieux ! Il est sincère dans ses délires (ça fait un peu peur).

Mais très vite, j'en viens à avoir un peu pitié : comment tous ces gens-là pouvaient-ils être si prisonniers de leurs croyances absurdes ? Remarquez que je ne l'excuse pas pour autant : ses idées, et celles de ses pairs, ont eu de LOURDES -et même tragiques- conséquences, et pas que pour le BDSM !

Un article intéressant sur le sujet : https://www.insidehighered.com/views/2016/10/05/review-%E2%80%98heinrich-kaan%E2%80%99s-%E2%80%9Cpsychopathie-sexualis%E2%80%9D-1844-classic-text-history-sexuality

Bref : une curiosité, oui, mais avec des idées qui étaient déjà dépassées il y a 100 ans. LOL.

Encore et toujours les HOMMES, alors que les femmes sont ignorées !

Juin 27
Encore et toujours les HOMMES, alors que les femmes sont ignorées ! 27 Juin 2021 Larry

Je suis en train d'écrire un premier article sur la psychiatrie : « la Psychiatrie contre le BDSM » (tout un programme pas vrai ?). Ce sera une introduction aux problèmes posés par la psychiatrie et le désastre que ça a été...

Je suis très en retard dans sa rédaction suite à divers problèmes, dont le fait que je ne suis pas chez moi en ce moment... C'est aussi un article difficile à rédiger, car il y a énormément de documents à consulter.

Ce sera le premier d'une série de 4 (prévus) : les autres seront sur Krafft-Ebing et son Psychopathia Sexualis, le « DSM » (bible psychiatrique américaine) et « l'ICD ». Probablement que d'autres viendront ensuite...

Plus je lis sur la psychiatrie, notamment américaine, plus je suis consterné ! Ça fait des années que j'explore le sujet, et ces derniers mois, j'ai encore trouvé plein de matière. Et mon bilan est CLAIR : la vision de la psychiatrie sur le BDSM, c'est le plus total n'importe quoi. Et je reste poli ! Croyez-moi, j'ai BEAUCOUP à dire sur le sujet, et ce ne seront pas des choses plaisantes.

Je vous rappelle que je pense que la Psychiatrie est l'ennemi numéro UN du BDSM (j'expliquerai en détails dans ce premier article).

Ces derniers jours, bien que je ne sois pas chez moi donc que je ne peux pas travailler à fond le sujet, j'ai ENCORE trouvé plein de docs « intéressants ». Quelques-uns (rares) sont positifs (parce qu'ils critiquent les stupidités dites sur le BDSM, notamment dans le « DSM »), la plupart contiennent des stupidités effarantes, et parfois de sérieuses perles. J'ai aussi repéré certains auteurs spécialement toxiques (et vocaux), sérieusement, je n'en reviens pas de leur niveau de trollisme, il n'y a pas d'autre mot ! Tous les arguments fallacieux, hypocrites, spécieux, etc. y passent, c'est stupéfiant.

Tout ça me fait BONDIR, vous n'immaginez pas à quel point...

Enfin, je développerait tout ça dans l'article.

MAIS, une chose m'a frappé ces 2 ou 3 derniers jours : en creusant sur le « DSM » notamment, je suis ENCORE tombé sur des articles et études (supposées sérieuses) qui nous RABACHENT que les paraphilies (dont le BDSM) sont exclusivement (ou presque) réservées aux HOMMES.

Non seulement c'est FAUX, et des études le montraient dès les années 1949/50, et surtout dans les années 1970/1980, mais en plus, n'importe qui qui passe un peu de temps sur des forums BDSM par exemple SAIT que c'est FAUX et qu'il y a PLEIN de femmes là-dedans ! Par bonté, je ne parlerai pas des études + récentes qui pulvérisent ces studipités.

Un des derniers exemples que j'aie vu passer (je n'ai pas pu noter en détails les autres, n'étant pas chez moi) :

Notez que le contenu ne m'a pas surpris, car l'auteur principal est un des pires sur le sujet, je reparlerai de lui et de son incroyable arrogance en détails...

Pour que vous compreniez bien la portée du problème : ne pas reconnaître qu'il y a des femmes dans le BDSM est un problème qui a profondes ramifications !

Oublions le sexisme ridicule et l'ignorance démente qui a mené les psychiatres à dire ça depuis des décennies (de façon autoritaire en plus). Si vous êtes une femme intéressée par le BDSM, déjà (comme les hommes), vous affrontez les préjugés qu'on vous jette au visage que tout ça c'est pervers (ou pire). Mais, si EN PLUS, on vous dit qu'il n'y a PAS de femmes qui en fassent, alors ça EMPIRE le problème de façon énorme ! Non seulement c'est pervers (ou une maladie mentale), mais en plus, vous êtes une des seules à le désirer (ou à le faire), donc ça fait de vous UNE ANOMALIE dans ce qui est déjà « la perversion »...

Alors que les chiffres sont CLAIRS : le BDSM intéresse -à peu près- autant les femmes que les hommes. Le constat sur le terrain (et les messages que je reçois) le montrent aussi, mais c'est mieux d'avoir des chiffres...

Remarquez aussi que ça contribue à donner l'idée qu'il y très peu de femmes faisant du BDSM, donc que c'est presque impossible de trouver UNE partenaire. Et ça décourage encore plus les femmes de chercher à réaliser ces fantasmes, de s'inscrire sur des sites ou forums, d'aller demander conseils, etc. La liste de problèmes serait longue.

Un dernier problème (non le moindre) : on en revient, TOUJOURS, à des jugements de valeur (« le BDSM c'est mal ») plus ou moins déguisés et sur une stigmatisation des hommes qui ont -soit-disant- des problèmes mentaux (que n'auraient pas les femmes). Évidemment, tout ça, c'est bidon, du total n'importe quoi...

Ha la la, croyez-moi, c'est pas gagné !

La suite dans mon article à venir : début/mi juillet 2021.

Le BDSM n'a pas une explication simple !

Juin 07
Le BDSM n'a pas une explication simple ! 07 Juin 2021 Larry

Un des grands, très grands, problèmes avec les articles sur le BDSM est quand ceux-ci essaient d'expliquer pourquoi ces envies existent, bref de trouver « la source » du BDSM.

Dans la presque totalité des cas, ces articles ne proposent qu'UNE SEULE explication (généralement d'une naïveté consternante). Ça ne leur vient pas à l'idée qu'il puisse y avoir une multitude de facteurs et surtout que, de toutes façons, il n'existe pas un seul BDSM, identique pour tout le monde, c'est une vision simpliste (et ignorante).

C'est surtout vrai pour la psychanalyse et la psychiatrie : il est rarissime de trouver des articles qui ne soient pas dogmatiques, sans nuances, souvent avec une arrogance à peine déguisée, et qui présentent « LA RAISON », alors que toute personne qui connait un peu le BDSM pensera « WTF? » en lisant ce genre d'élucubrations...

Il est pourtant FACILE, trivial même, de montrer que cette idée qu'il n'y a qu'une seule source, une UNIQUE explication, ne tient pas la route ! Il suffit de rencontrer des pratiquants et pratiquantes lors d'un Munch ou d'aller regarder les forums de sites comme FetLife. LA chose qui frappe immédiatement est la très grande disparité d'expériences, d'envies, d'intérêts, de conception du BDSM, de façon de le vivre : intensité, type de pratiques, âge à partir duquel on a découvert ses goûts en la matière, etc. Il est immédiatement évident qu'entre des gens qui en font une fois par semaine ou par mois pour pimenter leur vie sexuelle et les cas les plus extrêmes, il y a UN MONDE de différence. Il est évident qu'on ne peut PAS expliquer des comportements aussi différents avec une seule approche (généralement naïve).

Le VRAI problème de fond, c'est que tous ces auteurs/auteures ne VEULENT PAS étudier le BDSM réel, et se basent sur quelques exemples spécifiques. Parfois, clairement, ils/elles n'ont JAMAIS rencontré de vrai pratiquant ou de vraie pratiquante. Et ce qui est choquant, c'est leur arrogance sur le sujet alors qu'ils ou elles ne savent PAS de quoi on parle, à un degré tel que c'est difficile à croire...

C'est embarrassant !

Par comparaison, prenons la nourriture. Rares sont les personnes qui n'ont pas au moins un ou plusieurs aliments (ou catégories d'aliments) qu'ils ou elles détestent.

Si on regarde les raisons, elles sont très variées :

  • allergie : par exemple aux cacahouèthes
  • n'aime tout simplement pas le goût : par exemple, je ne supporte pas le goût des tomates
  • raison morale/philosophique : par exemple, ne pas vouloir manger d'animaux
  • raison culturelle : dans certains pays on trouve normal de manger des insectes, en France, la plupart des gens trouveront ça répugnant...
  • mauvaise expérience : typiquement, si on a mangé tous les jours, ou trop souvent, tel ou tel aliment (pas forcément bien préparé), une fois adulte on en est dégoûté
  • aliments mal préparés : l'exemple classique est un plat mangé (de force) pendant l'enfance, mais qui était mal cuit, mal préparé, qui s'est transformé en haine du plat en question. Parfois, une fois adulte, on peut en manger qui soit BIEN préparer et se rendre compte que c'était là le vrai problème...
  • etc.

On voit bien que pour un phénomène (ne pas aimer ou détester un aliment), il existe plein de raisons totalement distinctes ! Personne de sensé ne va essayer de pondre UNE raison psychologique (ou autre), ce serait STUPIDE !

Mais pour le BDSM, visiblement, ça ne gêne pas tous ces gens-là qui vous pondent de vraies hallucinations...

« Il n'y a pas de femmes qui font du BDSM ». LOL. (Nawak #3)

Juin 06
« Il n'y a pas de femmes qui font du BDSM ». LOL. (Nawak #3) 06 Juin 2021 Larry

Il n'y a aucune femme qui fasse du BDSM, c'est bien connu ! LOL.

Je suis à nouveau tombé sur ce type d'hallucinations pendant que je faisais mes recherches pour mon article sur le CNC et les simulations de viol.

Vous voyez, ce sont des choses comme ça qui me font questionner et dénoncer le milieu médical (principalement les divers « psy » et les sexologues) et de la recherche en général (sociologie et autres), surtout dans le passé évidemment, quand on aborde le sujet du BDSM.

COMMENT est-ce possible de parler de façon aussi catégorique, autoritaire, dogmatique, pendant des décennies, en ayant TORT à ce point ? Ça dépasse l'entendement !

Remarquez aussi qu'un très grand nombre d'études sur le sujet se focalisaient sur les « gays », notamment aux USA. Évidemment, ça n'aide pas à percevoir la réalité de la situation si on se restreint à un échantillon aussi spécifique !

Le problème des Psychiatres (DSM)

J'avais déjà évoqué que dans le DSM (« bible » de la psychiatrie américaine), ils disaient n'importe quoi, malgré des améliorations récentes (très récentes). On parle quand même ici de gens qui affirmaient que très rares sont les femmes qui ont des paraphilies.

Dans leur conception absurde, les seules femmes supposées faire des pratiques de type SM étaient les prostituées. Alors que c'est évident que c'est FAUX, même à l'époque on avait des études qui indiquaient l'inverse (voir + bas) !

Extrait du DSM -IV-TR (paru en 2000), page 568, section « Paraphilies » :

Except for Sexual Masochism, where the sex ratio is estimated to be 20 males for each female. the other Paraphilias are almost never diagnosed in females, although some cases have been reported.

Et en plus, le pire, dans la même page, ils se contredisent clairement, en disant que les paraphilies sont étudiées dans un cadre de pathologies, mais qu'en réalité, vu le grand nombre de gadgets vendus et la pornographie, ça veut certainement dire que c'est bien plus répandu... Et ils/elles ne voient pas le paradoxe et ses conséquences ? Ils/elles ne voient pas que ça remêt en question leurs élucubrations ? Comment peut-on être aussi STUPIDE ?

Although Paraphilias are rarely diagnosed in general clinical facilities, the large commercial market in paraphilic pornography and paraphernalia suggests that its prevalence in the community is likely to be higher.

On a là un bel exemple chez ces « experts » de la profondeur inouïe de leurs préjugés et stéréotypes sexistes (envers hommes et femmes), ainsi que de la fermeture d'esprit, et du refus d'avoir une attitude scientifique, de l'esprit critique, et du simple bon sens !

Parlons-en de ces études qui montraient que oui, il y a bien des femmes (hors prostituées) qui font du BDSM : elles existaient (années 1970/1980) et pourtant, pendant des décennies, leurs résultats, clairs, n'ont PAS été pris en compte, il n'y a visiblement même pas eu de remise en question ou du moins d'interrogation, histoire de vérifier si elles étaient correctes... Quel aveuglement choquant ! Ça ne s'explique que par une chose : le REFUS de se remettre en question, de remettre des préjugés en question.

COMMENT voulez-vous avoir confiance en quoi que ce soit que disent ces gens-là après ça ?

Même moi, quand j'étais jeune, je savais que c'était FAUX ! Et eux, les prétendus experts et expertes n'ont « vu la lumière » que ces dernières années ? On se moque de nous !

Et n'oubliez pas que toutes ces personnes émettent des diagnostiques, sur un sujet dont ils/elles ne connaissent visiblement RIEN, à un degré choquant. Et surtout ils/elles ont une réelle influence sur la perception du grand public, des tribunaux, etc. Leurs opinions erronées ne sont pas anodines ! Toutes ces stupidités ont de vraies conséquences, sérieuses, sur les gens qui font du BDSM, mais aussi qui fantasment ou qui sont juste curieuses sur ce sujet...

Les études

Voici des références d'études, qui dès la fin des années 1970, et pendant les années 1980, montraient que ces croyances étaient ABSURDES. J'ignorerai volontairement le fait qu'une simple application de logique aurait pu le « prouver ».

Notez que même dans ces études il y a de sérieux problèmes, toujours actuels : seuls les gens qui sont « à fond » dans le BDSM sont pris en compte. En étudiant les clubs ou les lecteurs/lectrices de magazines sur le sujet, on ignore au bas mot 99% des gens qui font du BDSM (et ne parlons pas des gens qui fantasment sur le sujet) !

J'aurais aussi pu inclure les études faites par Kinsey dans les années 1950, qui montraient aussi que hommes et femmes avaient des intérêts de type BDSM. Mais ici, je présente des études plus clairement dédiées au problème, plus convaincantes encore.

Conclusion

Ha là là, les préjugés sur le sexe, et les genres, ont la vue dure !

Quand on pense qu'encore de nos jours on lit des élucubrations totales sur le BDSM, c'est pathétique ! De nos jours, il n'y a plus d'excuses, surtout quand on voit qu'il y a finalement pas mal de textes (malgré leurs problèmes) qui depuis des dizaines d'années contredisent la « pensée unique » qui a prévalu trop longtemps...

Mais ça n'a RIEN d'étonnant quand on voit la façon de procéder de toutes ces personnes.

« Pervers ! » : le POIDS des mots (#2)

Mai 09
« Pervers ! » : le POIDS des mots (#2) 09 Mai 2021 Larry

Les mots ça compte, et ça peut faire beaucoup de mal, directement, et indirectement.

Nous avions déjà abordé le sujet dans une précédente entrée de notre blog.

« Pervers ! »

Si vous avez lu des articles, et surtout des forums, où le sujet du BDSM est abordé, vous avez certainement constaté que les préjugés, mythes, stéréotypes et autres remarques blessantes, ne manquent pas. Dans certains sites, c'est carrément poussé à un degré affolant ! Nous en avons déjà souvent parlé...

Parmi les accusations les plus fréquentes, on trouve évidemment la notion de « perversion », généralement exprimée sous la forme de « pervers ! ».

Plus les gens sont ignorants, plus ils sont agressifs sur ces sujets. Et malheureusement, l'association « BDSM = perversion » est un de celles qui font le plus de mal !

Nous pouvons remercier les élucubrations des psychiatres et psychanalystes du 19e siècle (et d'une bonne partie du 20e) pour ça : ce sont eux qui ont placé dans un contexte de médicalisation (« maladie mentale ») des pratiques déjà mal comprises, et souvent mises à mal par le conservatisme sexuel de cette époque. Ce qui a énormément contribué à la stigmatisation de ces pratiques, alors qu'elles étaient (et sont encore) très répandues ! Et les conséquences s'en font encore sentir fortement de nos jours.

De nos jours, on ne parle -en principe- plus de perversions, mais de paraphilies (le terme ayant été jugé moins négatif). Ce qui ne change malheureusement RIEN pour la plupart des personnes dans le grand public, qui sont bien loin de ce genre de nuances. Mais le plus surprenant, c'est la persistance de ces concepts dépassés (sans parler du fait que BDSM et fétichisme ont maintenant été supprimés des paraphilies) dans des écrits de gens qui parlent avec dogmatisme, et parfois font partie du milieu médical ! C'est choquant (mais pas vraiment suprenant, il est difficile de changer les idées reçues). Nous avons récemment lus plusieurs articles qui avaient une mauvaise attitude et qui attaquaient brutalement le BDSM avec ce genre de conceptions d'un autre âge.

Un des soucis majeurs est que le mot « perversion », dans ce contexte, est devenu très toxique, et très stigmatisant ! Il permet de faire une association rapide et facile (qui ne demande pas de trop réfléchir) entre le BDSM et des activités jugées a priori comme « malsaines ». Peut importe que le nombre de gens qui les pratiquent soit énorme et que RIEN là-dedans ne soit en réalité « malsain ».

Le POIDS des mots

Oui, les mots, surtout quand ils sont utilisés de façon systématique (au niveau de la société entière), ça blesse à titre personnel et ça stigmatise du point de vue social, rendant souvent difficile voire impossible de parler de ses envies/soucis de peur de rejet (ou pire) et au final, de vivre sa vie comme on l'entend.

Nous trouvons encore trop souvent des articles qui pontifient à fond sur le sujet, en parlant de concepts psychiatriques et psychanalytiques clairement mal compris (ou pas du tout compris) et de toute façon totalement dépassés. L'ennui, c'est que la majorité des gens ne savent pas que ce ne sont que des élucubrations ! Donc, ça porte préjudice aux personnes qui font du BDSM ou qui voudraient en faire !

Encore de nos jours, alors que ces pratiques ont clairement, explicitement, été reconnues comme n'étant pas un problème, et certainement pas une « maladie mentale », on trouve des « psy » qui réagissent mal au sujet, par exemple en exigeant que le patient ou la patiente soit d'abord « guéri-e » avant de continuer leur traitement... Guéri de quoi ? C'est choquant !

Si même des supposés « pros » gardent encore des préjugés aussi absurdes, qu'espèrer du reste de la population ? Voilà comment on transforme de pratiques relativement banales en quelque chose qu'il faut cacher et dont il faut avoir honte...

Ce n'est pas demain que ces problèmes seront résolus !

Pourquoi TOUJOURS des erreurs ? Ça gâche tout !

Mai 03
Pourquoi TOUJOURS des erreurs  ? Ça gâche tout ! 03 Mai 2021 Larry

POURQUOI ?

Oui, pourquoi y-a-t'il toujours autant d'erreurs et de problèmes même dans les écrits les plus informatifs et positifs sur le BDSM ?

C'est à devenir fou ! Argh ! (Et c'est vraiment embarrassant.)

Il y a quelques temps, j'ai trouvé diverses infos très intéressantes sur le site « Revise F65 ». Ce site avait été créé pour lutter contre la stigmatisation du SM qui existait encore dans l'ICD-10.

L'ICD (CIM en Français) ou Classification Internationale des Maladies est un ouvrage qui permet de classifier les maladies à l'aide de codes (ça rend plus facile la communication). Dans sa version précédent (ICD-10), elle contenait une section sur les paraphilies : « F65 Disorders of sexual preference », dans laquelle on trouvait notamment le fétichisme et le sadisme/masochisme. Et le problème était que cette section contenait des préjugés et -en simplifié- contribuait à la stigmatisation de ces types de pratiques...

Le site « Revise F65 » avait été créé pour faire campagne contre cette section et demandait sa suppression. Avec succès : la version 11 a supprimé les entrées en question...

Le site contient une grande quantité d'informations, très intéressantes, avec des analyses, démonstrations (notamment basées sur des études), des mises en perspective historique, pour dénoncer les préjugés (ridicules) encore associés au fétichisme et au BDSM.

Leur meilleur document est le rapport envoyé à l'OMS (qui supervise l'ICD) qui demandait la révision du fameux article F65 :

http://revisef65.org/2011/11/11/icd-11-revision-scientific-political-support-revise-f65-reform-second-report-world-health-organization-2

En passant : le site contient beaucoup d'autres pages intéressantes, malheureusement, il est mal organisé, de nombreuses pages ont disparu (liens morts), il est dur à naviguer, en de multiples langues qui sont trop souvent mélangées, etc. Bref, accèder aux infos n'est pas aisé, et le site ayant rempli sa fonction, il ne semble plus guère être maintenu.

Donc, cet article majeur (cité ci-dessus) contient une longue démonstration, très détaillée, qui remêt à leur place un grand nombre de mythes et préjugés sur le BDSM.

De tous les documents que nous avons lus, c'est un des meilleurs et des plus complets (de loin !), de ce point de vue.

Il fera partie des documents dont nous recommandons la lecture...

Malheureusement, il a fallu que ses auteurs et auteures gâchent TOUT en y incluant des erreurs bizarres (en début du texte), mais SURTOUT, en donnant la parole à des gens qui sont clairement des extrémistes (qui présentent le BDSM sous un angle très spécifique, restreint, qui ne correspond PAS au BDSM pratiqué par la majorité) et même, pire peut-être, en donnant la parole à des psychanalystes et psychiatres, qui certes dénoncent d'anciennes notions fausses héritées du passé, MAIS ensuite, proposent LEURS propres idées qui sont tout aussi BIDON ! C'est n'importe quoi ! Et en plus, le texte n'indique pas que ce sont des points de vue spécifiques, laissant à penser que toutes ces élucubrations sont forcément vraies...

POURQUOI ?

POURQUOI même des textes ayant demandé autant d'efforts, qui sont si détaillés, et positifs pour le BDSM, sont-ils ainsi ruinés par ces problèmes ? Où est donc passé l'esprit critique et le bon sens de ces gens-là ?

Je m'étais déjà plains de ce type de problèmes, mais là, c'est encore pire quand on pense que ce document a une grande importance historique/sociale (après tout, il a fortement contribué aux modifications de l'ICD-11).

Ha là là, c'est pas gagné !

Le BDSM face à l'hypocrisie de la psychiatrie

Janv 29
Le BDSM face à l'hypocrisie de la psychiatrie 29 Janvier 2021 Larry

Nous avons déjà expliqué ailleurs que la psychiatrie est un des pires ennemis historiques du BDSM.

Les psychiatres du 19e siècle (et leurs successeurs) ont écrit sur le sujet avec la plus totale ignorance, d'une façon choquante, projetant les énormes préjugés de leur époque sur les gens qui pratiquent le SM (le terme BDSM n'existait pas). Ce qui a eu une terrible conséquence : donner une « caution médicale » qui a permis de discriminer contre ce type de pratiques sous un couvert pseudo-scientifique.

Malgré divers progrès récents, les choses sont LOIN d'être résolues.

Nous allons vous présenter ici un exemple -consternant- de l'hypocrisie, souvent choquante- qui continue à exister dans les écrits psychiatriques.

Voici une définition médicale (psychiatrique) du « trouble de masochisme sexuel », fortement inspiré par le DSM 5 (la « bible » de la psychiatrie américaine) :

https://www.msdmanuals.com/fr/professional/troubles-psychiatriques/sexualit%C3%A9-dysphorie-de-genre-et-paraphilies/trouble-de-masochisme-sexuel

La pathologie doit également avoir été présente pendant ≥ 6 mois.

Ce critère de 6 mois est totalement arbitraire, il sort de nulle part et n'a jamais été justifié/expliqué. Il a d'ailleurs été dénoncé (vigoureusement) par des psychiatres et diverses associations de médecins/psychologues ! Pourtant, depuis des années, il est utilisé dans diverses versions du DSM et présenté comme « la vérité ».

La prévalence de la forme paraphilique du trouble de masochisme sexuel est inconnue. Cependant, une enquête téléphonique en Australie (2001 à 2002) a révélé que 2,2% des hommes et 1,3% des femmes ont déclaré avoir été impliqués dans du masochisme sexuel et/ou du sadisme au cours des 12 derniers mois.

Cette statistique est LOIN d'être représentative, nous avons présenté sur notre page de statistiques des chiffres qui varient fortement selon les études et leur façon de poser les questions... Pourtant, depuis des années, le DSM se sert de ce seul exemple, ça n'a aucun sens !

Enfin, c'est quand même moins grave que leur précédente présentation qui affirmait qu'il n'y avait pas de femmes qui fassent du BDSM... (Consternant de stupidité !)

Cependant, certains masochistes peuvent surenchérir dans la gravité potentielle de leurs pratiques avec le temps, ce qui aboutit potentiellement à des blessures sévères, voire le décès.

Ici, nous touchons au coeur du problème : l'insistance LOURDE sur les risques potentiels («blessures sévères, décès ») pourtant rares, afin de donner une justification à leur jugement négatif. Cette façon biaisée et hypocrite de présenter les choses est récurrente ! Nous avons lu de nombreux articles où les risques potentiels étaient directement utilisés pour stigmatiser le BDSM et demander ou justifier son interdiction.

Rappelons, s'il est nécessaire, que le BDSM est un continuum, du plus léger au plus extrême (ils le disent eux-mêmes !), et évidemment, les gens qui font des choses réellement risquées sont peu nombreux (et nombreuses). Les accidents, ça arrive oui, mais c'est rare. On pourrait aussi bien justifier de ne pas traverser la rue à cause des accidents avec de tels raisonnements !

L'asphyxiophilie est considérée être un sous-type du trouble de masochisme sexuel.

Depuis plusieurs années, un autre argument fallacieux a été rajouté à leur panoplie : l'asphyxie auto-érotique. Celle-ci a connu un important gain d'exposition dans les media, suite à diverses affaires impliquant des acteurs et autres célébrités (qui se sont tuées en la pratiquant) ainsi -probablement- que les pratiques de lycéens (avec un foulard).

Depuis, nous avons remarqué que cette pratique qui n'est qu'un PETIT sous-ensemble des pratiques BDSM (et qui est aussi pratiquée par des gens ne faisant PAS de BDSM !) est énormément mise en avant.

Par exemple, dans l'article que nous discutons, elle occupe 20% de l'article (120 mots sur 599 !). Comme expliquer qu'une pratique représentant un si petit % devienne soudain le focus de ces diagnostiques ? C'est clairement une manipulation pour extraire LE cas dangereux afin de justifier la stigmatisation générale de ces pratiques !

Suite à des demandes de plus en plus fortes pour la suppression de ces paraphilie du DSM, nous avons lu la « justification » d'un des membre du groupe de recherche sur les paraphilies de la dernière version : une véritable liste d'arguments spécieux et hypocrites à un degré frappant... Ça nous a beaucoup éclairés sur sa mentalité et expliqué qu'il y a encore du pain sur la planche...

La psychiatrie a fait BEAUCOUP de mal au BDSM, et continue d'en faire, en dépit de quelques améliorations.