Un projet de gite BDSM

Janv 17
Un projet de gite BDSM 17 Janvier 2021 Larry

Les endroits dédiés pour faire du BDSM sont rares en France. Que ce soit clubs spécialisés, gites, donjons et autres... C'est bien dommage !

Voilà quelques semaines, nous avons été contactés par un couple (pratiquant le BDSM) qui a lancé un projet intéressant (et ambitieux) de créer une maison d'hôte BDSM en France.

Ayant lu leur projet, répondu à leur questionnaire destiné à cerner les demandes, et vu les photos du site choisi, nous avons trouvé que ce projet méritait vraiment qu'on s'y attarde.

Nous avons d'ailleurs créé une entrée de blog pour en parler.

Les initiatives « BDSM » sont rares en France, donc nous leur faisons de la pub pour donner un « coup de pouce »...

Leur site présente le projet en détails, avec des photos :

https://www.demeure-desirs.fr

Ils ont aussi mis en place un questionnaire. N'hésitez pas à y répondre pour leur faire connaître vos attentes ! C'est une -rare- opportunité pour dire ce qui vous intéresserait, vous, dans une maison d'hôte et d'avoir une influence sur ce qui sera réalisé.

➜ Le questionnaire : https://forms.gle/oK3mM4ZkJaEhBA779

Ils ont aussi créé

La conception du projet est très avancée, avec un lieu déjà choisi (une ancienne ferme) qu'on peut voir sur les photos. Reste évidemment le problème du financement (une levée de fonds sera mise en place).

➜ (MàJ 3 février) La levée de fond a commencé : https://fr.ulule.com/une-maison-dhotes-pas-comme-les-autres, c'est le moment si vous voulez participer !

Nous vous suggérons vraiment de jeter un oeil à leur projet, voire de répondre au questionnaire.

➜ Encourageons ce genre d'inititatives !

Encore des conseils STUPIDES pour les rencontres

Déc 06
Encore des conseils STUPIDES pour les rencontres 06 Décembre 2020 Larry

GRRR !

Encore une fois, nous avons vu passer sur le site BDSM FetLife des « conseils » (de sécurité) pour les rencontres qui sont STUPIDES !

C'est FOU !

Mais est-ce qu'il est IMPOSSIBLE de trouver des gens ayant un peu de bon sens, de recul, et tout bêtement qui savent utiliser leurs cerveaux ?

C'est à vous faire enrager de voir passer tous ces conseils ressassés de tous côtés, alors que les VRAIS problèmes sont ignorés.

Dans un profil et dans un écrit sur un autre profil, on retrouvait donc les bonnes vieilles recettes moisies...

Une des plus stupides : « pensez à demander autour de vous, à vérifier la réputation »... VRAIMENT ? Et les cas de personnes ultra-connues, citées en exemple/référence, ayant pignon sur rue, qui avaient des années d'abus et de viols derrière eux et qui n'ont été révélés que quand quelqu'un a osé faire une dénonciation publique (qui lui a valu plein d'attaques abjectes) ? Ha, oui, elle a bon dos, la réputation ! Bravo ! Super fiable comme méthode, en effet ! À l'inverse : comment faire pour « valider » les 99% de personnes qui ne font pas partie du « milieu public BDSM » ? Mmmh ? Ha, pardon, j'oubliais, on n'a pas le droit de faire de BDSM si on ne fait pas partie du 1%, c'est ça, pas vrai ?

Autre stupidité : appeler quelqu'un au cas où il vous arrivera quelque chose. Mmmmh. S'ils/elles n'étaient pas STUPIDES, ça fait longtemps qu'ils et elles auraient compris d'abord que la plupart des abus ne se produisent PAS au premier RDV, que la majorité se produisent une fois qu'on est déjà en couple, et ne parlons pas du fait que les pires abuseurs savent prendre leur temps et manipuler leurs victimes (voir plus haut). Il y aurait de quoi écrire des pages juste sur ce point-là.

Ne parlons pas du fait que toutes ces personnes parlent TOUJOURS dans une optique de gens qui sont à fond dans leur BDSM, une infime minorité. Du coup, leurs « conseils » sont particulièrement inadaptés aux personnes qui débutent.

Et le reste des conseils était du même tonneau : on parle du cas qui n'arrive pour ainsi dire JAMAIS, on propose des solutions bidon qui ne résolvent RIEN, tout en ignorant des problèmes qui arrivent sans arrêt (comme tout bêtement, l'excès d'enthousiasme qui mène au dérapage).

Ha, et bien entendu, on vise AVANT TOUT les hommes dominants, les seuls à pouvoir être abusifs, c'est bien connu ! (C'était du sarcasme : si vous avez lu nos autres articles, vous savez que c'est un MYTHE dangereux, femmes et personnes soumises commettent aussi plein d'abus !).

Évidemment, histoire d'enfoncer le clou, vous avez plein de « like » et de commentaires de félicitations/remerciements qui en rajoutent une couche dans le STUPIDE.

Pfff. Décourageant.

Rappelons, si c'était nécessaire, qu'avec ces conseils, l'auteur de cet article ne serait pas jugé « fiable », alors que des abuseurs/prédateurs NOTOIRES, le seraient, eux ! Est-ce nécessaire d'en dire plus ?

➜ Notez que ces points seront traités dans des articles à venir, notamment sur les « red flags » et leurs stupidités (il y a BEAUCOUP à dire sur le sujet)...

Attention à la différence entre le discours (fantasmes) et les pratiques réelles

Nov 03
Attention à la différence entre le discours (fantasmes) et les pratiques réelles 03 Novembre 2020 Larry

Nous avons déjà parlé dans un article précédent (BDSM : attention aux différences d'attentes) du problème des attentes différentes entre partenaires.

Dans cet article, nous voulons parler d'un autre problème, relié au précédent : il faut faire attention à ne pas mal interpréter ce que dit la personne en face.

Vous pouvez tomber sur des personnes qui parlent beaucoup mais ne pratiquent guère (ou pas) leurs fantasmes. C'est bien connu (et il n'y a pas de mal à ça). Mais il existe un cas opposé : les personnes qui ont des pratiques qui vous sembleront ne pas pouvoir être plus que des fantasmes, alors que c'est la réalité !

Voyez notre visuel pour une illustration du problème...

Beaucoup de personnes qui débutent ne perçoivent pas (de façon naturelle) ce qui peut être vrai et ce qui est faux ou exagéré, et visiblement beaucoup ont du mal à admettre que certaines pratiques existent réellement... Voyez notre article « films SM : truqués ou non ? » pour une illustration.

Le problème et c'est un vrai danger, est qu'il faut être très prudent et ne pas interpréter ou tirer de conclusions trop rapides de ce que disent les personnes que vous rencontrez. Tel dominant-e qui parle de pratiques extrêmes, peut parfaitement être 100% sérieux, un malentendu, penser qu'il exagère et ne veut pas vraiment faire ce qu'il dit, peut avoir de terribles conséquences en cas de rendez-vous... Idem pour un-e personne soumis-e, mais là, le risque est nettement plus faible.

Communiquez, posez des questions : ne faites surtout pas l'erreur vouloir interpréter, lire entre les lignes !

Lisez. Les. Profils !

Août 27
Lisez. Les. Profils ! 27 Août 2020 Larry

➜ Lisez les profils !

Combien de fois devrons-nous le répéter ? Quand on veut faire des rencontres, il est vital de bien lire les profils pour repèrer les gens indésirables, toxiques, voire dangereux.

Nous venons encore, tout à l'heure, de voir sur le site BDSM FetLife, un nouveau profil de jeune femme (qui entre nous sentait plutôt le faux profil, mais passons). Elle avait déjà accepté en « amis » 4 profils d'hommes dont 2 soulevaient immédiatement des signes d'alerte, un était douteux, le dernier semblait « normal » (sous réserve d'un examen plus approfondi).

Sérieusement. Nous sommes consternés. Comprenez-nous bien : nous écrivons un article à cause de ce profil, mais ce n'est qu'un exemple parmi de nombreux autres...

Quand vous voyez un profil qui se la joue photographe (soi-disant) mais qui a des centaines, voire des milliers de « followings » (c'est à dire qu'il a contacté ou suit des centaines de profils de femmes), ça devrait immédiatement vous alerter ! Le 2d profil ne se prétendait pas photographe, mais avait aussi des centaines de « following », signe classique du serial-dragueur. Quand au 3e, son discours pseudo philosophique vaseux et vaguement prétentieux n'inspirait vraiment pas la confiance...

Tous ces trucs sont évidents, faciles à voir. Pourquoi tant de gens (hommes et femmes) ignorent des signes d'alerte aussi brutalement flagrants ?

Après, on les voit/entend se plaindre que leur rencontre s'est mal passée. Ben oui, mais les signes étaient juste là, devant votre nez ! Qu'est-ce qu'il vous faut de plus ? Un signe clignotant indiquant « j'ai un sale caractère » ou « je suis abusif/abusive » en haut de leur profil ? Vu comment les gens se conduisent, même ça ne servirait probablement à rien...

Ha là là !

Premier essai ?

Juin 24
Premier essai ? 24 Juin 2020 Larry

Une question majeure, critique, que se posent les personnes qui veulent débuter, ou au moins essayer, le BDSM est comment trouver un-e partenaire.

Nous avons déjà donné des pistes pour introduire le sujet dans votre relation, mais si vous n'êtes pas dans une relation stable, comment faire ?

Le gros problème de la majorité des conseils que vous pourrez lire sur les forums, dans des articles, ou qu'on pourra vous donner, est que ces conseils sont donnés dans l'optique de gens qui sont à fond dans le BDSM. Rares sont les conseils qui tiennent compte du fait que la grande majorité des gens ne s'intéressent qu'à des pratiques BDSM « soft » et ponctuelles.

Par exemple, on vous dira qu'aller en clubs/soirées est « la meilleure solution », alors que pour 99% des gens (au moins), c'est la pire des idées ! S'il y a bien une chose à éviter, c'est d'aller vous retrouver au milieu de gens qui ont des pratiques totalement à l'opposé de ce vous cherchez. Si vous débutez la natation, allez-vous discuter ou prendre conseil avec des médaillé-e-s olympiques dont les préoccupations sont à des années lumières des vôtres et qui ne comprendront pas vos besoins ? Non, évidemment ! Ce serait stupide.

Pour nous, la meilleure solution (la « moins pire » pour être plus exact), pour un tout premier essai, est tout simplement de faire ça avec une personne rencontrée sur internet ou autre, bref, comme une relation plus classique, et de leur proposer « d'essayer ci ou ça », par exemple d'utiliser un bandeau.

Bien sûr, ce n'est pas une solution parfaite, loin de là ! Vous pouvez vous faire rembarrer (« pervers ! »), ou tomber sur quelqu'un de bloqué sur ces sujets. Mais vu la difficulté importante de trouver des partenaires expérimenté-e-s en BDSM et le risque de rencontrer des gens qui sont à fond dedans et qui auront du mal à comprendre/accepter que vous ne vouliez que des choses très basiques, c'est au final une meilleure solution.

FetLife : témoignage d'abus

Juin 23
FetLife : témoignage d'abus 23 Juin 2020 Larry

En parcourant la rubrique « Fresh & Pervy » du site BDSM FetLife (la rubrique affiche tous les écrits publics du site), nous trouvons souvent des textes avec des contenus stupides, désagréables, outranciers, trolliens, etc.

Et parfois, nous trouvons des drames, des témoignages qui sont durs à lire.

Nous avons lu récemment le témoignage d'une femme qui expliquait avoir vécu pendant plusieurs années avec un dominant abusif, très abusif.

C'était malheureusement l'histoire classique que nous ne connaissons que trop bien : un prédateur bien rodé, sachant exactement quoi dire, comment se comporter et masquant sournoisement sa vraie personnalité. Ce sont les plus dangereux.

Lisez la description qu'elle donne de lui :

Comme elle l'explique dans le reste du texte, malgré toutes ses précautions, elle s'est faite pièger.

Elle expliquait ensuite qu'il ne faut pas blâmer les victimes (une évidence), car même en prenant ses précautions (le fameux « vetting »), ça ne suffit pas (une autre évidence).

Vous noterez que c'est exactement pour ça que nous disons que nous refusons de faire des recommandations de profils.

Trop souvent dans les forums, vous trouverez des gens qui disent que les identités des abuseurs sont vite connues dans le « milieu », etc. Ce qui est totalement faux ! (malheureusement). Comment expliquer les scandales de figures connues, voyez ce qui s'est passé avec le milieu du Shibari en 2018/2019 ?

Nous nous répétons, mais il ne faut pas tomber dans toutes ses approches super naïves et dangereuses !

Non il ne suffit pas d'avoir des témoignages positifs sur quelqu'un pour garantir qu'il est OK. Et, nous le disons depuis des années d'ailleurs, un prédateur ne le sera pas avec tout le monde, mais seulement avec des personnes vulnérables, et ne s'en vantera pas ! En plus, trop souvent les gens ferment les yeux même devant des cas d'abus flagrants !

Il ne faut pas voir des prédateurs (ou prédatrices) partout, mais il faut garder les yeux bien ouverts.

Dominatrice pro & arnaques : suite

Juin 22
Dominatrice pro & arnaques : suite 22 Juin 2020 Larry

Nous avons déjà évoqué, il y a quelques jours, les conseils d'une dominatrice pro pour ne pas se faire arnaquer...

En parcourant, comme à notre habitude, les écrits de la rubrique « Fresh & Pervy » du site BDSM FetLife, nous sommes avons encore rencontré un autre témoignage des problèmes rencontrés par les dominatrices professionelles (payantes). Voyez notre article sur les séances de BDSM payantes.

Dans son écrit, elle prévenait que des arnaqueurs (ou arnaqueuses) se faisaient passer pour elle, en utilisant notamment ses photos. Évidemment, elle prévenait contre ces arnaques et donnait quelques indications pour les reconnaître (comme dans notre article précédent).

Mais ce qui a attiré notre attention, c'est ce qu'elle écrivait dans le paragraphe ci-dessous :

Elle expliquait donc qu'elle avait des difficultés à faire supprimer les faux comptes (se faisant passer pour elle), et que ça lui avait même valu du harcélement, et la suppression de ses comptes à elle !

Franchement, ça ne nous a pas vraiment surpris, malheureusement, nous avons déjà entendu des témoignages multiples de personnes qui demandaient la suppression de photos volées et se voyaient demander des « preuves », impossibles à fournir évidemment, qui voudrait montrer sa carte d'identité à un site + ou - louche ? Il faudrait être fou (ou folle). Dans le pire cas, nous avions lu des témoignages de gens qui ont été bannis du site comme si c'était eux/elles qui avaient volé les photos ! Un comble !

Il ne faut pas être surpris par ça, même les gros sites ne font que le minimum, ne fournissent pas ou peu d'outils automatisés, et si les outils ne marchent pas, impossible de contacter quelqu'un, à moins d'être une célébrité...

➜ Vous saviez que nous rencontrons aussi ce genre de problèmes (de photos volées) ?

Notre site existe depuis maintenant plus de 3 ans, et est maintenant assez connu. Nous avons déjà remarqué que pas mal de monde copie nos images/photos. En faisant des recherches Google, nous tombons parfois sur nos propres photos, parfois même des copies de nos articles (souvent sur des faux sites de type SPAM).

Pourtant, nous autorisons la copie de nos photos/textes, avec quelques conditions. Mais ça, évidemment, les escrocs s'en moquent...

Récemment, nous avons été protester auprès d'un site d'escortes : une des dominatrices du site utilise non seulement notre texte (sans permission), mais surtout a fait un lien vers nos photos (hot linking) au lieu de juste les copier, ce qui fait que voyons son profil passer -sans arrêt- dans nos statistiques (c'est comme ça que nous l'avons su, sinon, nous n'aurions jamais croisé son profil).

Voilà environ 3 semaines que nous leur avons écrit, avec tous les détails. Résultat ? Zéro, évidemment ! Ils s'en foutent ! Ça vous donne une bonne idée du « sérieux » de leur site...

Les délires sur FetLife : le Kink est de l'appropriation ?

Juin 17
Les délires sur FetLife : le Kink est de l'appropriation ? 17 Juin 2020 Larry

Nous trouvons vraiment beaucoup (trop) de n'importe quoi sur les forums ou dans les écrits du site BDSM FetLife.

En parcourant les écrits de la rubrique « Fresh & Pervy » du site BDSM FetLife, une rubrique affiche tous les écrits (publics) de toutes les personnes inscrites sur le site, nous avons trouvé encore trouvé des perles à se taper la tête contre le mur.

1) Se plaint du racisme, tout en étant raciste lui-même

Par exemple, cet homme (américain) qui trouve du racisme absolument partout (et, bien entendu, qui accompagne ça d'un énorme racisme, mais il refuse de voir le paradoxe de son attitude).

Attention, soyons clairs : nous ne parlons pas de quelqu'un qui pointe du doigt le racisme quotidien, celui que parfois on ne voit plus tellement il est sournois. Non, non, là nous parlons vraiment d'un gars qui pense que TOUT est raciste, c'est effarant.

Son texte était si outrancier et dément, que nous préférons ne pas en montrer des extraits.

Mais nous allons juste vous donner un exemple : selon lui, le BBW est raciste. (BBW = Big Beautiful Women) Quoi que vous pensiez du concept de BBW, en quoi est-ce que ça a un rapport avec le fait d'être noir ou blanc, ou autre ? En quoi est-ce raciste ?

Nous espérons que vous n'avez pas un chat noir, ou un chat blanc, parce que là, en voyant ça, il ferait une crise d'apoplexie...

C'est déconcertant et effrayant de lire des choses pareilles.

2) Kink = appropriation !!!  (LOL)

Mais notre exemple majeur est un autre écrit, celui d'un homme qui part dans un délire absolument incompréhensible dans lequel il prétend que le Kink (ce qui inclut le BDSM) est « de l'appropriation ».

Ça nous a paru si bizarre que nous avons lu le reste de son texte. Au début, nous avions pensé qu'il visait un certain Kink (probablement le race-play), son texte avait l'air d'être une réponse à quelqu'un d'autre, peut-être à un autre écrit.

Mais non. Pas du tout !

Il parle bel et bien de toutes les activités de type Kink. en les accusant d'être de « l'appropriation culturelle ». Parce que, selon lui, le Kink provoque des émotions et réactions chimiques dans le cerveau qui sont comparables aux problèmes sociaux rencontrés aux USA.

C'est dément !

Ça n'a absolument aucun sens ! Si on part dans cette direction, alors tout peut être jugé ainsi. Et ne parlons pas du fait que non, le Kink n'est pas forcément ce qu'il décrit, encore le même, éternel, problème de vue étroite du Kink/BDSM, sa vue du kink n'est pas la seule existante !

Et même, en quoi est-ce qu'il y a « appropriation » là-dedans ? Au mieux, si on accepte (malgré le côté dément) sa comparaison, il y a juste des points communs entre les 2 concepts, que vient faire la notion d'appropriation là-dedans ?

C'est effrayant. Tous ces gens veulent absolument trouver des choses à critiquer, à « dénoncer », peut leur importe de déformer complètement les choses, de les interpréter hypocritement, et trouver le mal même dans les choses les plus anodines ou innocentes. Pourtant, il ne manque pas de vrais problèmes, on se demande pourquoi ils (ou elles) ont besoin d'en inventer !

Encore une fois : bonjour l'ambiance !

Les conseils d'une dominatrice pro pour ne pas se faire arnaquer

Juin 16
Les conseils d'une dominatrice pro pour ne pas se faire arnaquer 16 Juin 2020 Larry

En parcourant les écrits de la rubrique « Fresh & Pervy » du site BDSM FetLife, nous sommes tombés sur un écrit très intéressant. Après lecture, nous nous sommes aperçus qu'en fait la version d'origine est accessible librement sur internet, donc nous allons vous fournir le lien et quelques commentaires.

Remarque : son texte est surtout utile pour les homme soumis cherchant une dominatrice payante. Mais bon nombre de conseils s'appliquent aussi pour des rencontres non payantes.

Notez que la page est en anglais uniquement.

Source : « Impersonators, Scammers, and General Tomfoolery » https://youremybit.ch/impersonators-and-scammers

Ce texte est écrit par une dominatrice professionnelle (voyez notre article sur les séances de BDSM payantes) qui explique d'abord qu'elle a encore (c'est fréquent) été contactée par un homme qui désirait prendre un RDV mais qui était tombé sur une (ou un) escroc qui se faisait passer pour elle.

Elle explique d'abord qu'elle passe beaucoup de temps à lutter contre de tels escrocs qui se font passer pour elle. Typiquement, ceux-ci se font verser une « avance » par leurs proies, et il n'y a pas de suite, pour des raisons évidentes ! À 500$ par victime qui se laisse avoir, c'est plus que rentable, ce qui explique probablement pourquoi les escroqueries de ce type fleurissent...

La seconde partie de son post explique comment faire pour repérer les escrocs.

Nous ne ferons ici qu'un très bref passage sur ces conseils, nous vous suggérons de lire son article si le sujet vous intéresse vraiment.

La plupart des conseils en question n'ont rien de neuf, vous aurez pu les lire ailleurs, mais vu le nombre de victimes, il semble utile de les répéter. Nous trouvons intéressant d'avoir la perspective de quelqu'un qui est dans le métier, et qui voit directement ces problèmes.

Points à surveiller :

  1. Trop beau pour être vrai ?
  2. A-t-elle fait le premier pas ? Nous avons déjà rencontré personnellement ce genre de chose, sur notre site (oui, vraiment : on nous a écrit pour nous proposer des séances, ce qui était plutôt bizarre), mais aussi en nous inscrivant sur des sites de rencontre BDSM : 5 min après, nous recevions déjà des demandes/propositions...
  3. Est-ce que sa façon de s'exprimer change selon les moments ?  C'est le signe de gens qui copient/collent des textes.
  4. A-t-elle un site web et une présence sur les media sociaux ?
  5. A-t-elle des photos en bonne qualité ?
  6. Vérifier ses photos avec un recherche photo de Google.  On a souvent des grosses surprises en faisant ça sur les sites de rencontre, surtout si les photos sont trop belles, trop « pro »...
  7. L'orthographe du nom est-elle correcte ? Ici, elle explique que des escrocs ne sont même pas capables d'orthographier son nom correctement ! Surprenant.
  8. Vérifier le niveau de grammaire.
  9. Demande-t-elle d'utiliser Western Union ? (pour des transferts d'argent)
  10. Est-ce que la ville de destination de l'argent est la même que sa ville de résidence supposée ?
  11. Discute-t-elle gratuitement ? Les pros ne perdent pas leur temps à faire ça gratuitement...
  12. A-t-elle des comptes de media sociaux différents ?

Comme vous le voyez, rien de bien nouveau. Mais venant de quelqu'un qui sait comment ça se passe en vrai, ses explications ont du poids...

N'hésitez pas à aller lire l'article complet.

FetLife : ben non, le Kink en vrai, ce n'est pas comme les pornos, LOL

Mai 17
FetLife : ben non, le Kink en vrai, ce n'est pas comme les pornos, LOL 17 Mai 2020 Larry

Chaque fois que nous pensons avoir tout lu en matière de stupidité sur les forums BDSM, nous trouvons de nouveaux ou nouvelles candidat-e-s qui repoussent les limites du possible !

Nous avons trouvé sur FetLife un écrit du 25 avril 2020 dans lequel un nouvel arrivant dans le BDSM (27 ans) se plaint de ses « mauvaises expériences » dans le monde du Kink/BDSM.

Nous avions du mal à en croire nos yeux ! Il a vraiment tout pour lui (sarcasme puissance 1 000).

En résumé, il racontait diverses anecdotes et rencontres et se dépeignait comme une victime, avec un pur ton « ouin ouin, les filles ne tombent pas toutes à mes pieds ». C'est une lecture édifiante pour qui n'a jamais rencontré de personnes imbues d'elles-même, ayant une mauvaise attitude et qui croient être un don divin aux femmes de ce monde. Sérieusement, son attitude est ... wow, les mots nous manquent !

Donc, évidemment, il fait tout un « drama », se plaint du comportement de telle fille avec qui il est sorti, blablabla. Remarquez que personne n'est dupe : son ton et ses descriptions montrent clairement que le problème, c'est lui !

Mais ce n'est pas ça qui a attiré notre attention. Des personnes comme ça, nous en avons déjà rencontré, même pendant des Munchs (expérience fortement désagréable !). Ce qui le sépare du tout-venant des trolls, c'est une phrase dans son blabla.

Tenez-vous bien !

Voici un extrait de son discours trollien, lisez bien la première phrase :

My exposure to the kink community has been nothing like the pornos [...]
(Mon expérience de la communauté kink (BDSM) n'a en rien ressemblé aux pornos)

Sérieusement ? La vraie vie n'est pas pareil que les pornos ? C'est maintenant seulement qu'il s'en rend compte ? LOL.

Comment peut-on dire des choses comme ça à 27 ans ? C'est le genre de choses qu'on pourrait, à l'extrême rigueur, attendre d'un enfant de moins de 10 ans ! Pas d'un adulte.

Notez que dans les commentaires, des gens se moquent ouvertement de son attitude et surtout de son « nothing like the pornos ». Des personnes qui le connaissent et qui sont décrites dans son texte toxique mettent aussi les points sur les « i », en soulignant qu'il ne présente qu'une facette distordue et hypocrite des évènements, mais, franchement, c'était inutile : personne ne peut croire les élucubrations de quelqu'un qui écrit des stupidités pareilles !

Continuez de creuser troll-e-s : nous attendons impatiemment le prochain « WTF? ».

Soupir.