Encore et toujours les HOMMES, alors que les femmes sont ignorées !

Juin 27
Encore et toujours les HOMMES, alors que les femmes sont ignorées ! 27 Juin 2021 Larry

Je suis en train d'écrire un premier article sur la psychiatrie : « la Psychiatrie contre le BDSM » (tout un programme pas vrai ?). Ce sera une introduction aux problèmes posés par la psychiatrie et le désastre que ça a été...

Je suis très en retard dans sa rédaction suite à divers problèmes, dont le fait que je ne suis pas chez moi en ce moment... C'est aussi un article difficile à rédiger, car il y a énormément de documents à consulter.

Ce sera le premier d'une série de 4 (prévus) : les autres seront sur Krafft-Ebing et son Psychopathia Sexualis, le « DSM » (bible psychiatrique américaine) et « l'ICD ». Probablement que d'autres viendront ensuite...

Plus je lis sur la psychiatrie, notamment américaine, plus je suis consterné ! Ça fait des années que j'explore le sujet, et ces derniers mois, j'ai encore trouvé plein de matière. Et mon bilan est CLAIR : la vision de la psychiatrie sur le BDSM, c'est le plus total n'importe quoi. Et je reste poli ! Croyez-moi, j'ai BEAUCOUP à dire sur le sujet, et ce ne seront pas des choses plaisantes.

Je vous rappelle que je pense que la Psychiatrie est l'ennemi numéro UN du BDSM (j'expliquerai en détails dans ce premier article).

Ces derniers jours, bien que je ne sois pas chez moi donc que je ne peux pas travailler à fond le sujet, j'ai ENCORE trouvé plein de docs « intéressants ». Quelques-uns (rares) sont positifs (parce qu'ils critiquent les stupidités dites sur le BDSM, notamment dans le « DSM »), la plupart contiennent des stupidités effarantes, et parfois de sérieuses perles. J'ai aussi repéré certains auteurs spécialement toxiques (et vocaux), sérieusement, je n'en reviens pas de leur niveau de trollisme, il n'y a pas d'autre mot ! Tous les arguments fallacieux, hypocrites, spécieux, etc. y passent, c'est stupéfiant.

Tout ça me fait BONDIR, vous n'immaginez pas à quel point...

Enfin, je développerait tout ça dans l'article.

MAIS, une chose m'a frappé ces 2 ou 3 derniers jours : en creusant sur le « DSM » notamment, je suis ENCORE tombé sur des articles et études (supposées sérieuses) qui nous RABACHENT que les paraphilies (dont le BDSM) sont exclusivement (ou presque) réservées aux HOMMES.

Non seulement c'est FAUX, et des études le montraient dès les années 1949/50, et surtout dans les années 1970/1980, mais en plus, n'importe qui qui passe un peu de temps sur des forums BDSM par exemple SAIT que c'est FAUX et qu'il y a PLEIN de femmes là-dedans ! Par bonté, je ne parlerai pas des études + récentes qui pulvérisent ces studipités.

Un des derniers exemples que j'aie vu passer (je n'ai pas pu noter en détails les autres, n'étant pas chez moi) :

Notez que le contenu ne m'a pas surpris, car l'auteur principal est un des pires sur le sujet, je reparlerai de lui et de son incroyable arrogance en détails...

Pour que vous compreniez bien la portée du problème : ne pas reconnaître qu'il y a des femmes dans le BDSM est un problème qui a profondes ramifications !

Oublions le sexisme ridicule et l'ignorance démente qui a mené les psychiatres à dire ça depuis des décennies (de façon autoritaire en plus). Si vous êtes une femme intéressée par le BDSM, déjà (comme les hommes), vous affrontez les préjugés qu'on vous jette au visage que tout ça c'est pervers (ou pire). Mais, si EN PLUS, on vous dit qu'il n'y a PAS de femmes qui en fassent, alors ça EMPIRE le problème de façon énorme ! Non seulement c'est pervers (ou une maladie mentale), mais en plus, vous êtes une des seules à le désirer (ou à le faire), donc ça fait de vous UNE ANOMALIE dans ce qui est déjà « la perversion »...

Alors que les chiffres sont CLAIRS : le BDSM intéresse -à peu près- autant les femmes que les hommes. Le constat sur le terrain (et les messages que je reçois) le montrent aussi, mais c'est mieux d'avoir des chiffres...

Remarquez aussi que ça contribue à donner l'idée qu'il y très peu de femmes faisant du BDSM, donc que c'est presque impossible de trouver UNE partenaire. Et ça décourage encore plus les femmes de chercher à réaliser ces fantasmes, de s'inscrire sur des sites ou forums, d'aller demander conseils, etc. La liste de problèmes serait longue.

Un dernier problème (non le moindre) : on en revient, TOUJOURS, à des jugements de valeur (« le BDSM c'est mal ») plus ou moins déguisés et sur une stigmatisation des hommes qui ont -soit-disant- des problèmes mentaux (que n'auraient pas les femmes). Évidemment, tout ça, c'est bidon, du total n'importe quoi...

Ha la la, croyez-moi, c'est pas gagné !

La suite dans mon article à venir : début/mi juillet 2021.

Next Post Previous Post