Les enfants/ados et le BDSM

Juin 09
Les enfants/ados et le BDSM 09 Juin 2021 Larry

J'ai déjà expliqué que, selon moi, le domaine du sexe où il y a le plus de tabous (qui rendent presque impossible d'en parler raisonnablement) et d'ignorance est les métiers du sexe, surtout la prostitution.

MAIS, je pense que juste après, pas loin, viennent les préjugés et tabous sur la sexualité des enfants et adolescents/adolescentes.

Ce que je trouve le plus bizarre, et qui est inexplicable, c'est que pour les métiers du sexe, on peut comprendre (à la rigueur) que la plupart des gens qui ont des préjugés (et autres tabous) sur le sujet n'ont JAMAIS vu ce que c'est personnellement. Mais, tout le monde a été enfant puis ado, alors, comment expliquer tous les préjugés TOXIQUES qui existent encore sur la sexualité des mineurs ?

Sérieusement, quand on lit ce qu'écrivent certaines personnes, qui visiblement croient que la sexualité ça commence à 18 ans (RIDICULE), on peut légitimement se poser la question : est-ce qu'ils et elles n'ont jamais été jeunes ? C'est FOU !

Rappelons que plus de 50% des gens ont eu au moins un rapport sexuel avant 18 ans. Plus de la moitié ! Et ce n'est pas vraiment nouveau, même si avant le chiffre était plus bas, c'était déjà fréquent.

Ce qui me fait le plus « rire », c'est de penser que tous ces ados qui ont déjà expérimenté « en vrai » n'ont -légalement- pas le droit de voir un porno (même s'ils et elles le font quand même, bien sûr)... C'est sûr que voir un porno c'est plus « chaud » que le faire... LOL.

Bien que mon site d'infos sur le BDSM ne soit PAS un site porno, j'ai quand même ajouté une barrière « avez-vous 18 ans ? », pour éviter tout risque (que quelques excité-e-s viennent me chercher noise). Entre parenthèses, c'est gênant d'avoir ça, ça me pose plein de problèmes techniques et me fait perdre des visites. Mon site est un site d'infos, mais il contient quelques photos explicites, du coup, vu à quel point nous vivons dans une époque de régression sexuelle et de panique dès qu'on parle des mineurs, j'ai préféré prendre mes précautions.

Revenons sur le BDSM : j'écris cette entrée de Blog parce que pendant mes recherches sur divers sujets (BDSM et autres), je tombe régulièrement sur des écrits de personnes qui disent que seuls les adultes font du BDSM, et ont « le droit » d'en faire, et parfois avec une LOURDE insistance.

Ça me choque à chaque fois !

(Attention, je ne parle pas de l'accès à des sites porno, mais bien de FAIRE des expériences de type BDSM. Et je ne parle pas non plus de faire du BDSM avec des adultes, ce serait un tout autre sujet.)

Sérieusement, plus de 50% ont eu au moins un rapport sexuel avant 18 ans, vous croyez VRAIMENT que dans le lot il n'y en a pas PLEIN qui ont des envies, plus ou moins développées bien sûr, de BDSM ? Le BDSM est un des fantasmes les plus courants, et ça n'attend pas qu'on soit adulte ! Il suffit de chercher un peu dans les forums pour trouver de nombreux témoignages de gens qui (comme moi) ont commencé à avoir des fantasmes, parfois des pratiques, BDSM étant très jeunes, surtout ados évidemment, mais parfois encore plus tôt ! Bien sûr, quand on est ado (ou enfant), ça reste généralement des essais, des explorations, on est généralement loin de ce que font les adultes (surtout les gens comme moi qui sont « à fond » dedans).

Le problème ici, c'est qu'en niant à ces ados leur droit à explorer leur sexualité, et en insistant lourdement sur l'idée que le BDSM, c'est pas pour les « jeunes », non seulement on crée une frustration, mais en plus, on leur REFUSE de fait l'accès aux informations et conseils qui seraient pourtant bienvenus ! Quand on voit les -nombreux- problèmes que rencontrent les adultes, on imagine sans mal le souci pour les mineurs. Après il ne faut pas s'étonner s'il y a des problèmes, des abus et des accidents !

Seulement voilà : le BDSM c'est encore assez tabou, la sexualité des enfants et ados le reste aussi (bizarrement), alors la combinaison des deux, dans une société où plein de gens paniquent à la seule idée que les mineurs aient une sexualité, ça fait un mélange explosif ! Il est impossible de parler sereinement (ou d'étudier) du sujet, et le plus grave, c'est que tout ça c'est au détriment des enfants/ados (sous le prétexte de « les protéger ») et ça a aussi forcément des conséquences négatives une fois qu'on est adulte... Bravo !

Perso, quand j'étais mineur (et même quand j'avais la 20aine), j'aurais bien eu besoin d'aide, de conseils et d'informations sur la sexualité et surtout sur le BDSM. (Évidemment, à l'époque, dans les années 1980 voire 1990, il n'y avait pas d'infos fiables sur le BDSM, mais ce n'est plus vrai de nos jours.)

Être maintenu-e dans l'ignorance n'a jamais aidé ou « protégé » personne !

Le problème des faux « bons conseils »

Juin 08
Le problème des faux « bons conseils » 08 Juin 2021 Larry

Traverser la rue, surtout en ville, est dangereux évidemment, c'est pourquoi on est obligé d'apprendre aux jeunes enfants à faire bien attention, où et quand traverser, etc.

Maintenant imaginez la situation -hypothétique- suivante : on explique aux enfants qu'il faut « regarder à gauche » avant de traverser une rue, et C'EST TOUT ! On ne leur dit pas de regarder aussi à droite, de traverser aux passage piètons, de faire attention aux feux, et autres précautions, non, rien de tout ça. La seule et UNIQUE chose qu'on leur rabâche sans arrêt avant de les laisser circuler en ville est de « regarder à gauche ». Vous voyez d'ici le résultat, une telle mentalité ferait peur...

➜ Hé bien, figurez-vous que c'est exactement comme ça qu'on vous prodigue nombre de « conseils » dans le BDSM. C'est choquant !

Avez-vous remarqué qu'il est PIRE de ne savoir qu'une partie de la vérité que de ne RIEN savoir du tout ? Si on attire votre attention sur un seul et unique problème, vous surveillerez celui-ci, et serez beaucoup moins attentif ou attentive à d'autres problèmes, puisqu'on ne vous en a jamais parlé.

Les exemples ne manqueraient pas, mais le plus flagrant, je pense, c'est le fameux conseil de « ne pas frapper les reins ». Dans la presque totalité des cas que j'ai pu lire (ou entendre), ce conseil était donné SEUL, comme si c'était une vérité absolue et définitive. Dommage que ce soit TOTALEMENT FAUX !

(J'ignorerai ici le problème que les conseils de sécurité sont presque toujours donnés avec l'idée de gens qui ont des pratiques intenses (ou plus), et qu'un GRAND nombre ont peu ou pas de sens pour les gens qui se contenteront d'une petite fessée...)

Le VRAI problème, c'est que dire qu'il faut faire « attention aux reins », ne vous dit qu'une toute petite partie du souci : et le bas du dos (de la colonne vertébrale) ? Surtout le coccyx ? Pourquoi ils/elles n'en parlent pas ? Il est bien plus facile de faire mal en tapant dessus par accident qu'en frappant au niveau des reins (ça dépend des pratiques évidemment).

Et c'est juste un exemple : après on pourrait aussi parler des autres parties du corps...

Pendant qu'on y est, je rappelle que pour résoudre ce problème de bas du dos, j'ai inventé une ceinture de protection dont j'explique la construction (très facile) sur mon site...

C'est un problème très répandu dans le BDSM, mais qui est plus profond que ça, on le rencontre partout, surtout évidemment dans les domaines un peu « mystérieux » ou plus ou moins tabous (sexe en général) : les gens tendent FORTEMENT à répéter les « conseils » (généralement simplistes) qu'on leur a prodigués, sans vérifier si ceux-ci sont vrais, ont du sens, ou s'ils s'appliquent à la situation.

Vu comme le BDSM est encore perçu avec plein d'idées fausses, dogmatiques, absurdes, en tout genre, il ne faut pas s'étonner si on y rencontre très souvent ce type de faux « bons conseils » plus ou moins sournoisement dangereux...

Le BDSM n'a pas une explication simple !

Juin 07
Le BDSM n'a pas une explication simple ! 07 Juin 2021 Larry

Un des grands, très grands, problèmes avec les articles sur le BDSM est quand ceux-ci essaient d'expliquer pourquoi ces envies existent, bref de trouver « la source » du BDSM.

Dans la presque totalité des cas, ces articles ne proposent qu'UNE SEULE explication (généralement d'une naïveté consternante). Ça ne leur vient pas à l'idée qu'il puisse y avoir une multitude de facteurs et surtout que, de toutes façons, il n'existe pas un seul BDSM, identique pour tout le monde, c'est une vision simpliste (et ignorante).

C'est surtout vrai pour la psychanalyse et la psychiatrie : il est rarissime de trouver des articles qui ne soient pas dogmatiques, sans nuances, souvent avec une arrogance à peine déguisée, et qui présentent « LA RAISON », alors que toute personne qui connait un peu le BDSM pensera « WTF? » en lisant ce genre d'élucubrations...

Il est pourtant FACILE, trivial même, de montrer que cette idée qu'il n'y a qu'une seule source, une UNIQUE explication, ne tient pas la route ! Il suffit de rencontrer des pratiquants et pratiquantes lors d'un Munch ou d'aller regarder les forums de sites comme FetLife. LA chose qui frappe immédiatement est la très grande disparité d'expériences, d'envies, d'intérêts, de conception du BDSM, de façon de le vivre : intensité, type de pratiques, âge à partir duquel on a découvert ses goûts en la matière, etc. Il est immédiatement évident qu'entre des gens qui en font une fois par semaine ou par mois pour pimenter leur vie sexuelle et les cas les plus extrêmes, il y a UN MONDE de différence. Il est évident qu'on ne peut PAS expliquer des comportements aussi différents avec une seule approche (généralement naïve).

Le VRAI problème de fond, c'est que tous ces auteurs/auteures ne VEULENT PAS étudier le BDSM réel, et se basent sur quelques exemples spécifiques. Parfois, clairement, ils/elles n'ont JAMAIS rencontré de vrai pratiquant ou de vraie pratiquante. Et ce qui est choquant, c'est leur arrogance sur le sujet alors qu'ils ou elles ne savent PAS de quoi on parle, à un degré tel que c'est difficile à croire...

C'est embarrassant !

Par comparaison, prenons la nourriture. Rares sont les personnes qui n'ont pas au moins un ou plusieurs aliments (ou catégories d'aliments) qu'ils ou elles détestent.

Si on regarde les raisons, elles sont très variées :

  • allergie : par exemple aux cacahouèthes
  • n'aime tout simplement pas le goût : par exemple, je ne supporte pas le goût des tomates
  • raison morale/philosophique : par exemple, ne pas vouloir manger d'animaux
  • raison culturelle : dans certains pays on trouve normal de manger des insectes, en France, la plupart des gens trouveront ça répugnant...
  • mauvaise expérience : typiquement, si on a mangé tous les jours, ou trop souvent, tel ou tel aliment (pas forcément bien préparé), une fois adulte on en est dégoûté
  • aliments mal préparés : l'exemple classique est un plat mangé (de force) pendant l'enfance, mais qui était mal cuit, mal préparé, qui s'est transformé en haine du plat en question. Parfois, une fois adulte, on peut en manger qui soit BIEN préparer et se rendre compte que c'était là le vrai problème...
  • etc.

On voit bien que pour un phénomène (ne pas aimer ou détester un aliment), il existe plein de raisons totalement distinctes ! Personne de sensé ne va essayer de pondre UNE raison psychologique (ou autre), ce serait STUPIDE !

Mais pour le BDSM, visiblement, ça ne gêne pas tous ces gens-là qui vous pondent de vraies hallucinations...

« Il n'y a pas de femmes qui font du BDSM ». LOL. (Nawak #3)

Juin 06
« Il n'y a pas de femmes qui font du BDSM ». LOL. (Nawak #3) 06 Juin 2021 Larry

Il n'y a aucune femme qui fasse du BDSM, c'est bien connu ! LOL.

Je suis à nouveau tombé sur ce type d'hallucinations pendant que je faisais mes recherches pour mon article sur le CNC et les simulations de viol.

Vous voyez, ce sont des choses comme ça qui me font questionner et dénoncer le milieu médical (principalement les divers « psy » et les sexologues) et de la recherche en général (sociologie et autres), surtout dans le passé évidemment, quand on aborde le sujet du BDSM.

COMMENT est-ce possible de parler de façon aussi catégorique, autoritaire, dogmatique, pendant des décennies, en ayant TORT à ce point ? Ça dépasse l'entendement !

Remarquez aussi qu'un très grand nombre d'études sur le sujet se focalisaient sur les « gays », notamment aux USA. Évidemment, ça n'aide pas à percevoir la réalité de la situation si on se restreint à un échantillon aussi spécifique !

Le problème des Psychiatres (DSM)

J'avais déjà évoqué que dans le DSM (« bible » de la psychiatrie américaine), ils disaient n'importe quoi, malgré des améliorations récentes (très récentes). On parle quand même ici de gens qui affirmaient que très rares sont les femmes qui ont des paraphilies.

Dans leur conception absurde, les seules femmes supposées faire des pratiques de type SM étaient les prostituées. Alors que c'est évident que c'est FAUX, même à l'époque on avait des études qui indiquaient l'inverse (voir + bas) !

Extrait du DSM -IV-TR (paru en 2000), page 568, section « Paraphilies » :

Except for Sexual Masochism, where the sex ratio is estimated to be 20 males for each female. the other Paraphilias are almost never diagnosed in females, although some cases have been reported.

Et en plus, le pire, dans la même page, ils se contredisent clairement, en disant que les paraphilies sont étudiées dans un cadre de pathologies, mais qu'en réalité, vu le grand nombre de gadgets vendus et la pornographie, ça veut certainement dire que c'est bien plus répandu... Et ils/elles ne voient pas le paradoxe et ses conséquences ? Ils/elles ne voient pas que ça remêt en question leurs élucubrations ? Comment peut-on être aussi STUPIDE ?

Although Paraphilias are rarely diagnosed in general clinical facilities, the large commercial market in paraphilic pornography and paraphernalia suggests that its prevalence in the community is likely to be higher.

On a là un bel exemple chez ces « experts » de la profondeur inouïe de leurs préjugés et stéréotypes sexistes (envers hommes et femmes), ainsi que de la fermeture d'esprit, et du refus d'avoir une attitude scientifique, de l'esprit critique, et du simple bon sens !

Parlons-en de ces études qui montraient que oui, il y a bien des femmes (hors prostituées) qui font du BDSM : elles existaient (années 1970/1980) et pourtant, pendant des décennies, leurs résultats, clairs, n'ont PAS été pris en compte, il n'y a visiblement même pas eu de remise en question ou du moins d'interrogation, histoire de vérifier si elles étaient correctes... Quel aveuglement choquant ! Ça ne s'explique que par une chose : le REFUS de se remettre en question, de remettre des préjugés en question.

COMMENT voulez-vous avoir confiance en quoi que ce soit que disent ces gens-là après ça ?

Même moi, quand j'étais jeune, je savais que c'était FAUX ! Et eux, les prétendus experts et expertes n'ont « vu la lumière » que ces dernières années ? On se moque de nous !

Et n'oubliez pas que toutes ces personnes émettent des diagnostiques, sur un sujet dont ils/elles ne connaissent visiblement RIEN, à un degré choquant. Et surtout ils/elles ont une réelle influence sur la perception du grand public, des tribunaux, etc. Leurs opinions erronées ne sont pas anodines ! Toutes ces stupidités ont de vraies conséquences, sérieuses, sur les gens qui font du BDSM, mais aussi qui fantasment ou qui sont juste curieuses sur ce sujet...

Les études

Voici des références d'études, qui dès la fin des années 1970, et pendant les années 1980, montraient que ces croyances étaient ABSURDES. J'ignorerai volontairement le fait qu'une simple application de logique aurait pu le « prouver ».

Notez que même dans ces études il y a de sérieux problèmes, toujours actuels : seuls les gens qui sont « à fond » dans le BDSM sont pris en compte. En étudiant les clubs ou les lecteurs/lectrices de magazines sur le sujet, on ignore au bas mot 99% des gens qui font du BDSM (et ne parlons pas des gens qui fantasment sur le sujet) !

J'aurais aussi pu inclure les études faites par Kinsey dans les années 1950, qui montraient aussi que hommes et femmes avaient des intérêts de type BDSM. Mais ici, je présente des études plus clairement dédiées au problème, plus convaincantes encore.

Conclusion

Ha là là, les préjugés sur le sexe, et les genres, ont la vue dure !

Quand on pense qu'encore de nos jours on lit des élucubrations totales sur le BDSM, c'est pathétique ! De nos jours, il n'y a plus d'excuses, surtout quand on voit qu'il y a finalement pas mal de textes (malgré leurs problèmes) qui depuis des dizaines d'années contredisent la « pensée unique » qui a prévalu trop longtemps...

Mais ça n'a RIEN d'étonnant quand on voit la façon de procéder de toutes ces personnes.

Les problèmes d'accès aux documentations (suite)

Juin 05
Les problèmes d'accès aux documentations (suite) 05 Juin 2021 Larry

Je m'étais déjà plains il y a environ un an des problèmes et de l'injustice dans l'accès inégal aux études et autres documentations sur le BDSM. Si on n'est pas chercheur ou chercheuse, et abonné à des organismes qui fournissent un accès (très coûteux !) aux études, il est difficile de se les procurer. Heureusement, un GRAND nombre sont mises à disposition gratuitement, mais il en manque quand même beaucoup. Et parfois, ce sont des documents IMPORTANTS, parfois fondateurs (et généralement anciens, donc pas forcément disponibles en version électronique).

Le problème n'a pas disparu.

➜ Plus je progresse dans mes recherches, plus je suis confronté à ce problème !

En effet, plus on cherche des infos un peu rares ou anciennes, plus il est difficile d'y accèder.

Le Covid n'aide pas non plus : ça rend bien plus dur d'aller visiter une bibliothèque. Sans compter que l'accès à ce genre de document est par défaut réservé aux gens qui sont chercheurs et autres, un particulier doit montrer patte blanche, ce qui est TOTALEMENT INJUSTE, d'ailleurs je m'en étais déjà plains...

En ce moment, je fais des recherches sur le CNC (pour un article sur les « simulations de viol ») et sur divers autres sujets, dont les études sur la présence des femmes dans le BDSM (présenté dans l'entrée de Blog suivante).

J'ai trouvé bon nombre de références, d'études et de livres intéressants, mais je peux pas mettre la main dessus ! Surtout qu'en plus, là, je remonte souvent aux années 1970/1980, donc une époque où les documents ne sont en général pas numérisés. J'aurais aussi eu besoin dans mes recherches sur l'origine de l'expression CNC (Consensual Non-Consent) d'accèder à la première édition d'un livre (« SM 101 » par Jay Wiseman), je n'ai que la 2de édition (en version papier et électronique), qui date de 1996, la précédente date de 1992 et je ne la trouve nulle part !

C'est super frustrant, car ces documents sont fondateurs, certains contiennent les premiers témoignages scientifiques qui montrent (dans les années 1970/1980) que OUI, il y a bien des femmes qui font du BDSM (je reviendrai sur la stupidité de la croyance que c'était extrêmement rare). Il est hallucinant de voir un tel aveuglement de la part de tous ces gens-là ! Surtout des pros, dont des sexologues, qui même après publications de ces études ne voulaient pas y croire ! LOL. C'est choquant. Donc, j'ai besoin de lire ces docs, jusqu'à présent je n'ai que des citations indirectes, ça ne suffit pas vraiment...

Vous vous rappelez peut-être, si vous avez lu certains de mes articles, que je me plains -souvent- du problème de manque de sérieux des études, mais aussi de leur petit nombre et du fait qu'elles ne sont pas accessibles au grand public : à quoi bon faire des recherches si personne n'en profite ?

Et pourtant, je suis assez rodé maintenant, je sais où chercher, mais il y a des limites. Et je n'ai pas non plus les moyens de « claquer » des centaines d'euros par mois pour commander des livres, surtout quand seule une page ou 2 m'intéressent...

➜ Bref, c'est pas gagné, malheureusement.

(CNC) Simulations de viol (Rape Play) : tabous et controverses

Juin 04
(CNC) Simulations de viol (Rape Play) : tabous et controverses 04 Juin 2021 Larry

Les pratiques de type CNC sont le sujet le plus controversé du BDSM, ce qui est quelque chose quand on pense à quel point le BDSM (au sens large) reste encore controversé et mal compris de nos jours...

J'avais déjà écrit une entrée de blog sur les problèmes rencontrés quand on veut parler des métiers du sexe (notamment la prostitution), avec leur cortège de préjugés et de tabous, ici, on croise le même genre de problèmes et de tabous...

Le CNC ou « Consensual Non-Consent», en français, le « Non-Consentement Consensuel », recouvre toutes les pratiques dans lesquelles on prétend ne pas respecter le consentement. Le mot clé est « prétend » : on FAIT SEMBLANT. Par exemple : ça pourra prendre la forme d'un interrogatoire ou d'une scène de « torture », où la personne interrogée/suppliciée criera « non », « stop », « pitié », mais on n'arrêtera pas pour autant, alors qu'on le ferait dans des circonstances habituelles. Le plaisir dans ce type de scènes vient de l'impression qu'on ne peut pas arrêter, qu'on est « à la merci » de l'autre (ce qui est évidemment FAUX). Notez que c'est la raison pour laquelle les mots d'arrêts ont été inventés : on utilise un mot (ou un signal) convenu pour permettre de signaler qu'on veut ou qu'il faut arrêter...

➜ Le CNC regroupe un bon nombre de pratiques : simulations de viol, d'enlêvement, enfermements/emprisonnements, interrogatoires, « tortures », et autres.

Contrairement à ce que je viens de lire dans plusieurs articles sur le sujet : non, le CNC n'est donc pas synonyme de « rape play » (simulations de viol), ce n'est qu'une des possibilités !

Évidemment, ce genre d'activités sont par définition plutôt (voire carrément) risquées et peuvent aisément déraper. Personne de sensé ne les pratique sans bien réfléchir et prendre de sérieuses précautions.

Le GRAND problème vis-à-vis des personnes qui ne connaissent pas le concept, surtout dans le grand public, est que ces pratiques flirtent, par définition, avec des vrais crimes et donc il y a souvent des accusations absurdes faites quand le sujet est abordé...

Il faut aussi comprendre que l'idée de CNC est séduisante pour beaucoup de personnes, mais il est clair que ça reste pratiqué par une minorité. Un fantasme n'est pas pareil qu'une pratique ! Et encore une fois, je rappelle que la très grande majorité des gens qui ont des pratiques de type BDSM restent dans des choses assez classiques et relativement douces ou modérées.

➜ J'ai commencé à réfléchir et faire des recherches pour une série sur le CNC, et je pense commencer par un article sur le « rape play » (les simulations de viol), et les articles et réactions que j'ai encore une fois rencontrés ont confirmé que le sujet reste -très- sensible, y compris au sein des « communautés » BDSM. (Rappelons que ce n'est PAS une pratique anodine.)

Pour moi, cette pratique (rape play) est LA plus controversée (et risquée) du BDSM. J'ai lu divers articles qui disaient que la plus controversée était le « raceplay » (jeux de « race », typiquement d'esclavage), mais je ne suis pas du tout d'accord ! D'abord, le « rape play » est 100 fois plus dangereux à cause des risques de dérapages qui sont très grands, ensuite, c'est un problème universel, et c'est un fantasme bien plus répandu.

Il y a 4 ou 5 ans, j'étais intervenu dans une discussion sur le site de communauté BDSM FetLife, pour expliquer la réalité du sujet à une nouvelle venue qui avait commencé à « crier » des absurdités du genre « c'est un fantasme du patriarcat »... Le petit souci, c'est que, comme toujours, les gens les plus ignorants sont les plus agressifs.

Il y a beaucoup de choses à dire sur le sujet...

Suite à des campagnes récentes, notamment anti-pornographie, le sujet du viol, même totalement et CLAIREMENT SIMULÉ, est devenu tabou et interdit presque partout...

Par exemple, FetLife a banni le sujet presque entièrement, on ne peut même plus rechercher le mot clé « rape » (viol), les groupes qui discutent juste du sujet (pas sous un angle CNC) ne sont accessibles que si on cherche d'autres termes ! Idem pour les sites porno : une recherche sur ce mot renvoie TOUJOURS une liste vide, il a clairement été mis en « liste noire », dans les mots interdits (avec des choses du genre « pendaisons », etc.).

Tout ça rend très difficile de parler du sujet, alors qu'ironiquement, c'est un des fantasmes les plus répandus, même hors BDSM, peut-être même le plus répandu !

Malheureusement, comme pour un grand nombre d'autres pratiques BDSM, il semble difficile de faire passer le message que RIEN de tout ça n'est la réalité !

Remarquez aussi que la plupart des gens IMAGINENT quelque chose qui est très loin de la réalité : une simulation de viol, ça peut juste être être attaché ou arrachée sur le lit et pénétré ou pénétrée « de force » avec un gode ou autre, bref, on est à des années lumières du « viol BRUTAL par un étranger » tel que se que l'imaginent la plupart des gens. Notez aussi que l'idée que les -vrais- viols sont toujours des actes physiquement violents, faits par un inconnu, et toujours sur une femme, est TOTALEMENT FAUSSE, c'est un énorme préjugé, complètement FAUX, mais partagé par la plupart des gens...

Le sujet est par nature délicat, et l'ambiance régressive actuelle sur la sexualité rend encore plus dur d'en parler, comme ce qui est arrivé à FetLife le confirme...

[màj 21 juillet] J'ai ajouté un article : [CNC] Simulations de viol (Rape Play), sexe « forcé » : fantasmes, tabous et controverses

La chute : une baisse de fréquentation de 40% !

Juin 02
La chute : une baisse de fréquentation de 40% ! 02 Juin 2021 Larry

40% !

Entre le mois de février 2021 et le mois de mai qui vient de finir, le nombre de visites du site a baissé de 40% !

Vous vous rappellez le problème de l'incendie chez mon hébergeur qui avait eu des conséquences catastrophiques (voir l'article précédent qui résume la situation). L'incendie ayant conduit à la désindexation de mes projets, il a fallu du temps pour que le traffic revienne. Mais après une forte hausse initiale (voir graphique ci-dessous), celle-ci s'est brutalement stabilisée bien avant de revenir au niveau précédent (de février).

Voici un graphique qui illustre le problème : il présente le nombre de visites par jour de février à mai 2021.

(La ligne rouge indique la tendance globale.)

Comme vous le voyez, en février il y avait eu des poussées au-delà des 1 000 visites par jour... Ça avait un peu baissé début mars, mais était en train de remonter quand a eu lieu l'incendie (10 mars), provoquant évidemment une chute à zéro des visites.

Une fois notre serveur récupéré (le 29 mars), on voit bien que le traffic a remonté très rapidement, MAIS s'est stabilisé en dessous des 600, alors qu'avant on était dans les 800...

Au début, j'avais vraiment pensé que ça allait quand même remonter, lentement. Mais non, malgré quelques poussées vers le haut, il y a eu des grandes retombées, parfois très fortes...

Le graphique suivant ne montre que le mois de mai.

Le pire, comme vous pouvez le voir à la ligne rouge qui indique la tendance : celle-ci reste à la baisse !

Certains jours, la baisse atteint même les 50% !

Suite à mes modifications manuelles (nombreuses) sur Google pour demander la réindexation de diverses pages, et à l'ajout de données structurées et du Podcast, j'avais espéré que ça aurait aurait une influence sur Google, et montrerait des évolutions du site. J'ai aussi ajouté pas mal d'articles de Blogs.

Malgré tout ça, alors que j'espérais une remontée, j'ai au contraire assisté à une CHUTE ! De mon site, mais aussi du Blog, et je ne comprends pas pourquoi !

Visiblement, il y a ENCORE un problème, mais je ne sais pas quoi et je n'ai aucun moyen de déterminer ce qui ne va pas ! Pourquoi est-ce que ça a baissé courant mai alors que j'ai TOUT fait pour améliorer la situation ?

Est-ce qu'il faut juste attendre ? Ça n'a pas l'air trop bien parti... Le serveur a redémarré depuis un bon moment déjà...

Et franchement, je n'ai pas envie d'encore attendre un an avant de -seulement- retrouver le niveau de février ! Déjà que je trouvais que le nombre de visites restait décevant, une chute de 40%, là c'est la cata !

Comprenez bien : les stats sont revenues au niveau de l'année dernière !

Est-ce que vous pouvez comprendre la déception (et le stress) de voir ça, après tant d'efforts ?

Le retour de la Poisse...

Mai 28
Le retour de la Poisse... 28 Mai 2021 Larry

C'est fou !

Depuis que j'ai créé mon site (Univers-BDSM.info) puis les divers autres projets (divers Blogs, Podcast, Sondage), il y a sans arrêt eu des problèmes et un stress énorme !

Problèmes techniques en tout genre, plusieurs fois des problèmes majeurs avec Google qui sans raison apparente, ni explications, faisait soudain passer mes pages de la première ou 2e page à la 7e ou pire, ce qui résultait en une baisse de trafic énorme (perte de 25 à 30% au minimum). Bannissements à répétition de plateformes de Blog (et de Twitter), car le BDSM c'est encore un sujet trop tabou...

Ensuite, il y a eu bien sûr ce terriblement stressant problème avec l'offre d'hébergement qui n'était plus proposée (car l'outil était obsolète), ce qui m'a horriblement stressé, j'ai même pensé à un moment ne pas pouvoir continuer le site, à cause des problèmes techniques et du coup porté à ma motivation.

J'avais quand même fini par trouver une solution, mais à peine celle-ci mise en place, depuis moins de 2 semaines, qu'une nouvelle catastrophe, la pire en 4 ans, m'a frappé : l'incendie chez mon hébergeur, qui a stoppé tous mes sites pendant 20 jours ! Période de stress absolument démentielle puisque je ne savais pas quand le serveur redémarrerait et même s'il n'avait pas été détruit par l'incendie (ce qui aurait signifié la fin du site, j'avais des sauvegardes, mais ma motivation était détruite).

Le serveur étant inaccessible pendant une longue période a fait que Google a désindexé mes sites, avec des conséquences absolument catastrophiques. J'ai été obligé de recommencer presque à zéro, de demander manuellement l'indexation de la plupart de mes pages (on ne peut en faire que 10 par jour !), et Google ne tient souvent pas compte de ça, même pour des pages qui avant étaient indexées ! Donc, j'ai eu une perte presque irréparable. Idem pour les liens : une chute énorme avec de lourdes conséquences pour le rang du site dans les résultats de recherche...

Au final, cet incendie m'a coûté au moins un an de progression, c'est à dire que la notoriété du site est revenue au niveau de début 2020, voire 2019... Et savourez l'ironie : juste avant l'incendie, j'étais en pleine pente ascendante, avec plusieurs jours où le nombre de visites avait dépassé la barre des mille, et sur Google, j'étais arrivé de façon stable en 3e place pour le mot clé « BDSM », ce qui est un résultat exceptionnel, résultat d'années d'efforts acharnés... Tout ça pour brutalement tout perdre à peine une semaine après avec l'incendie.

À tout ça s'ajoute la déception liée au très faible (pitoyable) nombre de retours, malgré des formulaires présents en bas de chaque page pour demander des avis/critiques et suggestions, le nombre de messages (hors spams et messages vides) reste ridiculement faible, surtout comparé au nombre de visites. Le nombre de visites par jour/mois est aussi une déception : malgré une forte progression (avant l'incendie), il reste largement en dessous de ce que j'espérais et l'incendie a fait retomber ce chiffre de plus de 40% et il ne remonte pas...

Ajoutez le stress que le Covid et les confinements divers ont ajouté et qui ont compliqué les choses... Et je ne parle pas de mes gros problèmes de famille (et problèmes persos en général).

Plusieurs fois, suite à ces déceptions et problèmes incessants, j'ai été tenté de tout laisser tomber. Et puis, à quoi bon tous ces efforts si c'est pour avoir encore et toujours l'impression de parler dans le vide ?

Vous comprenez maintenant pourquoi le site n'a pas été mis à jour depuis longtemps...

➜ Bref, le moral était au plus bas...

Quand hier (jeudi 27 mai), j'ai ENCORE été frappé par un problème imprévu : l'interface d'administration du serveur et son accès SSH n'étaient plus accessibles. Ça m'a fait un choc, et rapidement je me suis aperçu que, pour une raison inconnue, mon ISP (Free) m'avait changé mon adresse IP pendant la journée (ça marchait le matin). Comme mes sites sont régulièrement attaqués (par des pirates informatiques), j'ai été obligé il y a quelques mois de vérrouiller sérieusement les choses, en supprimant carrément certaines interfaces d'administration et en restreignant fortement les accès grâce au parefeu du serveur. J'avais hésité à restreindre l'accès à mon IP uniquement, mais il faut comprendre que celle-ci n'avait pas changé depuis 2 ans et même là, elle n'avait été changée que suite à une grosse modification de réseau chez Free, j'avais gardée la précédente pendant plus de 10 ans !

Quand j'ai réalisé le problème, j'ai été profondément découragé et dégoûté. Ça m'a -encore- mis un coup énorme au moral...

Heureusement, quand même, je savais qu'il y avait des solutions, mais elles étaient lourdes... Enfin, par chance, j'ai quand même trouvé qu'il y avait une option (KVM), bien cachée (un GROS problème !), dans l'interface de mon hébergeur qui permettait d'accèder directement au serveur, histoire de corriger mon problème de parefeu. Pourquoi cette option était-elle si bien cachée ? Je ne savais pas qu'elle existait (ça m'avait d'ailleurs surpris que ce service ne soit pas proposé, mais je ne l'avais pas trouvé au début) et j'ai failli devoir utiliser des moyens bien plus compliqués.

Bref, après beaucoup de stress, j'ai pu accèder à mon serveur, corriger mon problème (avec le clavier en QWERTY, en plus, bonjour la facilité) et relancer le parefeu avec ma nouvelle adresse IP... OUF.

Mais que de stress inutile !

Pourquoi est-ce que je suis sans arrêt frappé par cette poisse ? C'est insupportable !

Écrire des articles/blogs (ou créer des podcasts) est déjà assez dur, je n'ai vraiment pas besoin de sources de stress supplémentaires !

Ajout de « données structurées »

Mai 22
Ajout de « données structurées » 22 Mai 2021 Larry

Nous venons d'ajouter des « données structurées » à notre site et à ce Blog.

Ces « données » sont des informations qu'on place sur les pages web et qui sont utilisées par les moteurs de recherche, elles permettent de donner des renseignements utiles aux moteurs, en complément du contenu de la page. Par exemple, elles permettent de spécifier de façon non ambiguë la date de création d'un article : les moteurs peuvent les extraire de la page, mais il y a toujours un risque de mauvaise interprétation (et un problème s'il y a d'autres dates dans la page), ici, on est sûr de la valeur.

Ces données sont aussi utilisées par Google pour créer leurs « résultats enrichis », qu'on voit parfois en début de page quand on fait une recherche. Typiquement : on peut avoir une liste de produits ou des questions/réponses qui sont proposées, ces infos viennent (en général) de données structurées.

Il en existe de nombreux types : pour les recettes, les tests, les articles/blogs, etc.

Bien qu'elles ne garantissent pas du tout un meilleur classement dans les résultats, mais elles aident de diverses façon (notamment pour les date de création d'articles), et si elles sont utilisées pour des affichages « enrichis », là c'est un GROS avantage et ça attire pas mal de visteurs et visiteuses.

Nous voulions ajouter cette fonctionnalité depuis longtemps, mais nous avions rencontré des problèmes techniques, notamment pour pouvoir les tester sans interférer avec le site, maintenant, nous avons mis en place un environnement de test plus pratique à utiliser qui nous a permis de nous pencher sur le problème.

Ça a d'ailleurs été plus dur que prévu : le principe est simple, mais il y a beaucoup de petits problèmes et les documentations sur le sujet ne sont pas claires (loin de là), surtout si on sort des choses de base. Par exemple : comment faire si a de multiples articles sur une page (cas de ce Blog) ? La réponse a été dure à trouver. En plus, les demandes de Google ont changé dans le temps, et il n'est pas du tout aisé de confirmer quelle page a raison, même dans leur propre documentation ! Le manque presque total de transparence sue le fonctionnement de leurs algorithmes rend aussi les choses très difficiles !

Enfin, après divers essais, nous sommes arrivés à un résultat qui semble correct, et qui a même été validé par les outils fournis par Google.

La seule chose que nous n'avons pas réussi (pour l'instant) à mettre en place est les images : le paramètre existe, mais la façon dont notre site et notre Blog les gèrent (utilisation de caches) rend problèmatique de les ajouter, en plus, Google exige des images de très grande taille, ce qui nous obligerait à reprendre celles qui existent (qui sont plutôt petites) pour en générer des versions de grande taille, et où les placer ? Bref, nos outils ne sont guère appropriés à ça, donc, pour l'instant, nous avons mis de côté cette option-là, ce qui n'est pas un problème majeur.

Évidemment, il faudra du temps avant que Google en tienne compte, et nous ne sommes pas sûrs des bénéfices que ça procurera, mais nous espérons vraiment que ça aidera pour la date des articles (qui a toujours posé problème, car nous avons 2 dates : création et dernière mise à jour).

Bref, c'est une opération de longue haleine, qui ne donnera des résultats que dans plusieurs mois probablement, enfin, on verra bien, mais de toute façon, ça ne nous coûte rien d'avoir ajouté tout ça...

À suivre !

« Robots sexuels » : le délire...

Mai 17
« Robots sexuels » : le délire... 17 Mai 2021 Larry

Parmi les articles de la catégorie « WTF? » que j'ai lu ces derniers mois, se sont trouvés des articles sur les poupées sexuelles réalistes et les robots sexuels (supposés avoir une « intelligence ») en particulier.

Je rappelle que je suis informaticien professionnel et j'ai commencé à programmer il y a environ 35 ans... Donc, oui, je connais ces sujets ! J'ai aussi fait pas mal de recherches sur les poupées réalistes, dont je connais l'existence depuis 1997 ou 1998. J'espère même un jour pouvoir faire un article dessus, même si ce n'est pas du BDSM.

IA ?

Lire ces ouvrages/articles, qui hurlent sur les « problèmes » posés par ces robots (hypothétiques), m'a tout simplement consterné...

D'abord, pour être bien clair : quand on parle de robots avec une IA (intelligence artificielle), comprenez bien qu'à l'heure actuelle, on parle d'un niveau « d'intelligence » comparable à celui d'un « Furby » !

L'IA telle que la conçoivent la majorité des gens (quelque chose qui se rapproche des capacités intellectuelles humaines, comme on en trouve dans les films de SF du genre « Star Trek »), ça n'existe pas ! On est à des décennies, probablement des siècles d'y arriver ! Pas mal de gens (dans l'informatique) pensent même que ce ne sera jamais possible...

À moins d'un évènement miraculeux, du genre l'arrivée d'extra-terrestres, ce genre de choses n'existeront pas de mon vivant et probablement pas du vôtre... Et de toutes façons, le jour où il sera possible d'avoir de vrais robots (ou ordinateurs) intelligents, au sens « humain » du terme, ce sera une telle révolution (probablement violente) que les robots sexuels seront le dernier de nos soucis !

Or, tous ces articles parlent comme si ces IA existaient déjà ou étaient sur le point d'arriver. LOL. N'importe quoi, ça montre leur degré de sérieux... Et surtout, imaginent (hallucinent) plein de problèmes que ça créerait.

➜ Soyons bien clairs, un « robot » sexuel, est et reste un OBJET n'ayant AUCUNE réelle intelligence, aucune indépendance. Donc tous les problèmes d'éthique sur le sujet sont BIDON. (Rappelons que la vraie « IA » reste un but très lointain, quasi mythique.)

Le 2d problème, plus grave selon moi, c'est que ces « robots » (mais aussi les poupées réalistes) sont présentées comme étant une « incitation » pour les hommes à considérer les femmes comme des objets, etc. Surtout, n'attendez AUCUNE preuve ou étude scientifique du sujet ! Ce sont de purs procès d'intention et des opinions d'extrémistes (anti-hommes), présentés hypocritement comme des faits... Vous avez quoi ? Même les enfants savent distinguer la réalité de la fiction ! Pourquoi penser que ce sera différent pour les hommes ? Bonjour le sexisme !

Exemple

Un exemple récent, que je viens juste de trouver et qui m'a incité à écrire cet article est ici :

https://nordicmodelnow.org/2020/05/23/whats-the-problem-with-sex-dolls-a-conversation-with-kathleen-richardson/

Notez que ce site est un site violemment anti-prostitution (et anti-hommes) qui prône le « modèle nordique » (d'où le nom de leur site) comme si c'était la panacée alors que c'est au contraire un modèle de gestion de la prostitution qui est toxique et qui ne résoud absolument AUCUN des réels problèmes rencontrés par les prostituées, et en plus en créée de nouveaux (et ne parlons pas l'attitude anti-hommes)... Mais ce n'est pas le sujet de cet article, donc je n'élaborerai pas plus ici.

Cet article contient donc une transcription d'une interview d'une chercheuse qui a écrit divers ouvrages sur le sujet des robots sexuels (et de l'IA).

Ce qui me choque, en lisant ce texte, c'est qu'elle ne sait visiblement PAS de quoi elle parle ! C'est choquant ! Comment peut-elle avoir écrit des livres, fait des interviews, et ne même pas savoir des choses aussi basiques ? Même moi j'en sais plus qu'elle (pourtant supposée être une experte), elle se moque du monde !

Quelques extraits pour illustrer :

But in this context, they are fully fledged, hyper-real dolls. They weigh about 45 kilos, so they’re quite heavy and they have orifices which people can penetrate. So, they are mostly high-end dolls – made out of silicone, not rubber or plastic, and with a metal skeletal structure.

They’re quite expensive, they’re currently about £2,000-5,000, and my understanding is that companies are selling around four hundred units a year. So, we’re not talking about mass interest in these products at all. Not yet anyway.

NON, les poupées réalistes (en silicone) ne pèsent pas 45 kilos ! Ce sont les modèles les plus lourds qui pèsent ça, et les créateurs ont depuis longtemps essayé de diminuer ce poids, car une poupée de 45 kilos (donc un poids mort) est difficile à manipuler ! Si vous avez déjà soulevé et déplacé des sacs de terre ou de ciment ou autres, pesant de 30 à 50 kilos, vous savez que c'est dur à manier... En général, les poupées pèsent de 20 à 45 kilos (ça dépend surtout de leur taille), mais la plupart sont largement en-dessous des 40 kilos, et même des 30...

Apparemment, elle parle de la célèbre société « Abyss Création », qui a créé les fameuses « Real Dolls » (https://www.realdoll.com), celles-ci pèsent de 30 à 45 kilos (voir leur catalogue). Ce qui est déjà plutôt lourd. Je me rappelle dans les années 1990, un collègue avait partagé l'URL de leur site, nous avions été surpris par le réalisme des poupées sur les photos (et ça s'est amélioré depuis).

Et vous pouvez être sûr-e d'une chose : des poupées réalistes, il s'en vend bien plus que quelques centaines par an ! Ses infos ont au moins 20 ans de retard.

En réalité, il existe, depuis des années, de nombreuses autres sociétés (surtout en Asie) qui créent des poupées réalistes plus ou moins haut de gamme, et de qualité variable. Il est facile d'en trouver une vingtaine en faisant une recherche rapide. L'offre de poupées par ces sociétés est énorme : des centaines de modèles de tous types, tailles, plus ou moins customisables (couleur des yeux et cheveux notamment).

Clairement, les prix qu'elle indique ne valent que pour cette société (« Abyss Création ») : de nos jours on trouve des poupées de ce type à partir de quelques centaines d'euros. Évidemment, la qualité sera souvent inférieure (ou très inférieure), mais elles sont bien en silicone et hyper-réalistes.

Mais le vrai problème avec cet article, c'est que les 3/4 sont en réalité consacrés à « taper » sur les hommes : elles y sortent tous les clichés et stéréotypes éculés utilisés par les féministes extrémistes, c'est consternant. Personne de normal, de sensé, ne peut penser que ce qu'elles décrivent est vrai ! Sérieusement, est-ce qu'elles parlent du Moyen-Âge ? Par exemple, elle dit que payer une prostituée est pathologique, c'est être un psychopathe (c'est écrit noir sur blanc dans l'article). Hello ? Elles ne devraient pas utiliser des concepts dont visiblement elles ne mesurent pas la portée, c'est n'importe quoi, c'est fou ! Comment prendre au sérieux des gens qui écrivent des choses comme ça (il y a PLEIN d'autres attaques et stupidités dans l'article).

En toute sincérité, lire des élucubrations pareilles, et surtout l'angle fortement sexiste anti-homme, ça me fait enrager et ça me dégoûte... C'est tout simplement HONTEUX !