Le problème avec les vidéos de « présentation » du BDSM...

Sept 14
Le problème avec les vidéos de « présentation » du BDSM... 14 Septembre 2020 Larry

Suite à un fil de discussion sur le site BDSM FetLife, nous sommes allé voir diverses vidéos supposées présenter le BDSM aux curieux/curieuses ou aux débutant-e-s.

Une fois de plus, ça nous a consterné !

Nous en connaissions déjà une, que nous avions jugée nulle, quand nous l'avions vue, et même pire que ça : l'auteur y parle du BDSM de la pire façon possible, en en faisant des tonnes et en présentant le BDSM comme mystérieux, avec des discours élitistes qui ne représentent en rien le BDSM tel qu'il est réellement pratiqué, et qui ne donnait certainement pas envie d'en faire, mais par contre renforce l'idée de « malades mentaux » ! Bravo !

Mais c'est de la dernière, la troisième, que nous voulons parler ici...

C'est (comme souvent) une vidéo faite au Québec et elle présente le BDSM d'une façon très biaisée, caricaturale par certains aspects...

Le plus gros problème (en plus des préjugés bizarres d'un homme interviewé) étant que son créateur a fait appel à une « experte » supposée en sexualité : une sexologue. Quand nous avons entendu ses premières explications (sur l'histoire du BDSM), nous avons été surpris, mais la suite... Là, ce n'était plus de la surprise, c'était à bondir ! Et attention, nous ne parlons pas juste d'un problème de simplification exagérée (dûe aux contraintes d'une brève vidéo). Non, non, là nous parlons de grossières erreurs, flagrantes !

Il est évident qu'elle ne sait pas de quoi elle parle ! C'est absolument effrayant, surtout quand on sait qu'elle reçoit en consultation des clients qui abordent le sujet du BDSM.

Nous sommes ici dans le cas typique, que nous avons déjà souvent rencontré, des professionnel-le-s qui ont leur conception du BDSM, et qui tombent à fond dans les mythes et  préjugés (toxiques).

Du coup, nous nous sommes renseignés sur elle. Et nous n'avons pas été déçus ! Nous avons retrouvé notamment une présentation des paraphilies qu'elle avait faite. Consternant ! Exactement comme nous nous y attendions : elle y présentait les classiques délires psychiatriques/psychanalytiques et y démontrait un manque total de recul et de réelle compréhension du sujet, notamment que le BDSM est en réalité très répandu..

Il nous faudrait des pages entières pour répondre à ses élucubrations et remettre les choses à leur place !

Nous savons que ce genre de vidéo part d'un bon sentiment. Mais si le résultat final va à l'envers de l'objectif, faute de savoir présenter les choses, et -surtout- de choisir les bons intervenants ou bonnes intervenantes, c'est un problème !

Je ne suis pas représentatif du BDSM. Eux non plus !

Sept 14
Je ne suis pas représentatif du BDSM. Eux non plus ! 14 Septembre 2020 Larry

Si vous ne connaissez pas mon profil BDSM (ce qui est probable), sachez que je fais partie des gens qui sont « à fond » dans le BDSM, pour qui c'est indissociable de leur sexualité, et j'aime faire des pratiques assez intenses/hard. Bref, sans tomber dans l'extrémisme, je suis dans les 5 à 10% de personnes qui en font de façon la plus intense...

Si j'ai indiqué 5% à 10%, c'est pour bien montrer bien que je sors de la norme : la très grande majorité des personnes qui font du BDSM le font ponctuellement et/ou avec des pratiques soft ou assez soft.

C'est pour ça que je suis super attentif dans mes articles, surtout ceux pour les débutant-e-s, à ne pas me prendre comme exemple de la norme (au sens : ce qui se fait habituellement). J'insiste toujours sur le fait que le BDSM est un continuum et qu'il n'y a pas de vérité, donc par extension, pas de profil type.

Et c'est bien là le problème : je suis un des très (très !) rares à tenir compte de ça !

La plupart des écrits (ou vidéos) que je rencontre présentent la vision et les pratiques de leur auteur-e comme étant LE BDSM, la norme. Bref il ou elle se croit représentatif ! Alors, que ce n'est justement absolument pas le cas.

Et ça, c'est un énorme problème ! C'est ce type de comportements (souvent accompagnés d'un élitisme désagréable) qui propage une fausse image du BDSM qui est très dommageable pour les gens qui débutent (ou s'intéressent au sujet), et ne parlons pas de l'image négative que ça propage au grand public.

Pour mes derniers articles, je viens encore de rencontrer ce problème, et j'ai vu des vidéos sur YouTube qui sont consternantes, de quoi dégoûter les gens qui veulent débuter et qui tombent sur ces stupidités !

Je n'ai rien contre le fait que des personnes présentent leurs conceptions du BDSM, à condition qu'ils ou elles indiquent clairement que c'est leur opinion, leur goût personnel, et non que c'est « la norme ».

Depuis 3 ans et demi maintenant que j'ai créé mon site sur le BDSM, ce comportement tendancieux est un des plus gros problèmes que j'aie rencontrés. Et ça ne va clairement pas en s'améliorant !

Grrr

Pervers ! Cachez ce sein, que je ne saurais voir !

Août 28
Pervers ! Cachez ce sein, que je ne saurais voir ! 28 Août 2020 Larry

(Oui, oui, nous savons : c'est « couvrez », pas « cachez », dans le texte d'origine.)

Il y a quelques semaines, nous avons vu une vidéo sur YouTube, d'un groupe de Youtubers que nous suivons depuis plusieurs années, dans laquelle, une fois encore, ils nous faisaient une effrayante démonstration de préjugés sur la sexualité...

Pourtant, nous parlons d'hommes assez jeunes (le début de la 30aine) et très extravertis et tout, on ne s'attendrait pas à ce qu'ils aient des préjugés aussi forts. Mais depuis que nous regardons cette chaîne YouTube, nous avons nombre de fois constaté qu'ils avaient de sérieux problèmes avec le sujet, et pas mal de sexisme aussi.

Dans un exemple qui remonte à plusieurs années, nous avions vu une autre vidéo qui les montrait aller acheter un gode dans une boutique (même pas un sex-shop !), et c'était toute une histoire... Sérieusement ? De nos jours, des adultes murs (ils avaient la fin de la 20aine) qui sont gênés à ce point-là d'aller acheter un gadget sexuel basique ? C'était surprenant, choquant même. Rappelons que nous sommes allés la première fois dans des sex-shops à 18 ans, et c'était dans les années 90, à l'époque c'était encore plutôt mal vu. Nous sommes même allés à Démonia (le sex-shop fétichiste/BDSM) !

Cette fois-ci, ce n'était pas un gode, mais les personnages d'un jeu vidéo qui avait provoqué plusieurs fois des réflexions bizarres d'un d'entre eux, pourtant, pas le gars que vous penseriez effarouché par le sexe (grand, beau mec, qui a une copine, etc.). Les poses un peu suggestives/provoquantes de certains personnages, ou la mini-jupe d'une des héroines, lui faisaient dire des trucs du genre « c'est un pervers ? » et autres jugements négatifs (franchement absurdes et déplacés). Il ne voyait visiblement pas que c'était fait pour l'effet humoristique !

Consternant.

Bon, il faut ajouter un point important : ces Youtubers habitent aux USA, au Texas. Si vous ne savez pas, le Texas fait partie des états américains qui sont très conservateurs. En matière de sexualité, un fort pourcentage de leur population en sont quasiment encore au 19e siècle (c'est effrayant). Par exemple, leur conception de l'éducation sexuelle est ahurissante : déjà la grande majorité ne veut pas en entendre parler, mais même quand elle est en place, il est obligatoire (par la loi !) de présenter l'abstinence comme solution de contraception... Vous vous en doutez, avec de telles idées, c'est un des états qui a le plus de grossesses non désirées chez les ados (ça n'étonnera personne).

Source : https://www.texastribune.org/2020/06/29/Texas-schools-sex-education-policy

Texas public schools are not required to teach sexual education. State law requires that schools teaching sex ed stress abstinence as the preferred choice for unmarried young people and spend more time on it than any other sexual behavior. Parents can opt their children out of any lesson they want.

Le sujet de l'éducation sexuelle est hautement sensible et politisé chez eux, et provoque de vifs débats, avec par exemple de bizarres peurs d'un prétendu « lobby Gay » qui soi-disant voudrait « gay-iser » leurs enfants, et autres absurdités totalement ridicules (et même, démentes), qui feraient rire si le sujet n'était pas si sérieux.

Nous estimons que l'éducation sexuelle en France est pathétique, mais en comparaison, c'est un vrai modèle d'ouverture d'esprit et de modernité. (Ça fait peur.)

Depuis des années, nous constatons (et nous en plaignons) une incroyable ignorance en matière de sexualité et même, depuis les années 2000, un fort retour en arrière réactionnaire sur bien des points. Selon nous, c'est une source majeure des problèmes de relations humaines. Quand on voit des choses comme ça, nous nous disons vraiment, que les choses ne sont pas prêtes de s'améliorer...

Lisez. Les. Profils !

Août 27
Lisez. Les. Profils ! 27 Août 2020 Larry

➜ Lisez les profils !

Combien de fois devrons-nous le répéter ? Quand on veut faire des rencontres, il est vital de bien lire les profils pour repèrer les gens indésirables, toxiques, voire dangereux.

Nous venons encore, tout à l'heure, de voir sur le site BDSM FetLife, un nouveau profil de jeune femme (qui entre nous sentait plutôt le faux profil, mais passons). Elle avait déjà accepté en « amis » 4 profils d'hommes dont 2 soulevaient immédiatement des signes d'alerte, un était douteux, le dernier semblait « normal » (sous réserve d'un examen plus approfondi).

Sérieusement. Nous sommes consternés. Comprenez-nous bien : nous écrivons un article à cause de ce profil, mais ce n'est qu'un exemple parmi de nombreux autres...

Quand vous voyez un profil qui se la joue photographe (soi-disant) mais qui a des centaines, voire des milliers de « followings » (c'est à dire qu'il a contacté ou suit des centaines de profils de femmes), ça devrait immédiatement vous alerter ! Le 2d profil ne se prétendait pas photographe, mais avait aussi des centaines de « following », signe classique du serial-dragueur. Quand au 3e, son discours pseudo philosophique vaseux et vaguement prétentieux n'inspirait vraiment pas la confiance...

Tous ces trucs sont évidents, faciles à voir. Pourquoi tant de gens (hommes et femmes) ignorent des signes d'alerte aussi brutalement flagrants ?

Après, on les voit/entend se plaindre que leur rencontre s'est mal passée. Ben oui, mais les signes étaient juste là, devant votre nez ! Qu'est-ce qu'il vous faut de plus ? Un signe clignotant indiquant « j'ai un sale caractère » ou « je suis abusif/abusive » en haut de leur profil ? Vu comment les gens se conduisent, même ça ne servirait probablement à rien...

Ha là là !

La « petite » différence qui change tout !

Août 27
La « petite » différence qui change tout ! 27 Août 2020 Larry

Tout le monde peut se tromper...

Il y a quelques années, je cherchais un nouveau job dans mon domaine (informatique). J'étais tombé sur une annonce qui paraissait intéressante : dans mon domaine (internet) et visiblement, le projet était assez gros vu la description.

Grosso modo, il s'agissait de gèrer/programmer un gros site internet marchant, avec des millions de visites, bref, un truc d'une taille suffisante pour m'intéresser. Vous vous en doutez, pour un pro ayant des années d'expérience, et ayant travaillé sur des projets avec de grosses responsabilités et d'énormes budgets, un petit site n'aurait pas eu d'intérêt (ni le salaire)...

Toutefois, deux choses m'avaient surpris au début de l'annonce : l'offre était pour une marque de biscuits français, et j'étais étonné qu'ils aient besoin d'un si gros site (vu la description), et ils parlaient aussi d'une ambiance « saine », ils insistaient un peu plus loin sur cet aspect. Mmmh. Oui, j'espère bien que c'est sain et qu'on ne travaille pas au milieu des machines à fabriquer les biscuits (et autres)...

Quand même, ça me chiffonnait ces remarques multiples.

Tout en bas de l'annonce, ils expliquaient qu'on ne serait pas mélangés aux équipes de tournage. WTF? De quoi ils parlent ? Quel était le rapport avec les biscuits ?

Vous avez compris mon erreur ?

J'avais pensé lire une annonce de la société « Michel et Augustin », qui est une société française connue qui fait des produits alimentaires (dont des biscuits). Mais en fait, ce n'était pas ça, le nom de la société était ... « Jacquie et Michel », c'est à dire le site porno français !

Ça expliquait pourquoi ils parlaient d'un gros site qui m'avait semblé disproportionné...

Ben oui, je connaissais de nom le site porno, mais sans plus, leurs prénoms ne m'étaient pas restés en tête, et je ne m'attendais pas à trouver une annonce pour leur site sur ce forum, par contre, une annonce pour « Michel et Augustin » était le genre de chose que je m'attendais plus à y trouver.

Bon, les deux ont « Michel » dans le nom et utilisent 2 prénoms d'hommes accolés, ça explique mon erreur. Il faut dire aussi que, bizarrement, dans l'annonce, ils ne disaient pas que la société faisait du porno, on était supposés le savoir déjà. Généralement les sociétés indiquent leur domaine en début d'annonce.

Bref, j'ai été à 2 doigts d'envoyer ma candidature à un site porno en croyant m'adresser à une biscuiterie. La lecture de ma lettre de motivation aurait été comique .

Remarquez, ça ne m'aurait pas gêné de travailler dans le porno, après tout, voyez ce que je fais déjà... Mais ce n'était pas ce que je cherchais (pour diverses raisons).

Une petite erreur...

Bienvenue sur FetLife ! (ou pas)

Août 21
Bienvenue sur FetLife ! (ou pas) 21 Août 2020 Larry

Encore une fois, nous avons été témoins de comportements « trolliens » méprisables sur le site BDSM FetLife.

Ce n'est pas la première fois que nous parlons de ces problèmes d'ambiance toxique, mais c'est si fréquent, qu'il nous est impossible de ne pas en parler. (Voyez aussi nos écrits sur Blogspot pour des exemples divers ou encore nos râleries sur les problèmes d'abus ou d'hypocrisie.)

Cette fois, ce sont des réactions à un post (d'un débutant) sur un des forums d'annonces de FetLife. En général, il n'y a pas de réponses/commentaires si le message vient d'un homme. Mais là, ça a été une exception : moqueries, agressions verbales diverses de la part de troll-e-s notoires (dont un est un cinglé qui aurait dû être banni depuis longtemps du site, et du milieu en général), bref de la malfaisance flagrante et honteuse. Et bien sûr, n'attendez rien de la modération, comme nous disons toujours : tout le monde s'en fout !

Même si un message est maladroit, naïf ou mal formulé, ça ne justifie pas ces attaques ! Et faire semblant de donner conseil tout en se moquant durement ne trompe personne (surtout venant de la part d'un des pires trolls du site).

Vraiment, ça nous fait enrager. Et bien sûr, ce sont toujours les mêmes qui trollent !

Après ça, quand nous lisons (comme il y a quelques jours) des gens qui sont dithyrambiques sur le « milieu » qui est soi-disant « accueillant, safe », etc., ça nous donne envie de rire (vert). Il faut vraiment faire exprès de ne pas voir les problèmes qui sont en permanence nous nos yeux !

➜ Bravo pour l'image du site, et du BDSM en général !

Bienvenue sur FetLife ! Ou pas !

Recevoir notre documentation sur les « Red Flags » ? Oui, si vous payez...

Août 18
Recevoir notre documentation sur les « Red Flags » ? Oui, si vous payez... 18 Août 2020 Larry

Nous sommes en train de rédiger (non sans mal) un article qui parle notamment des « Red Flags », c'est à dire les signes d'alerte supposés indiquer une personne (ou une relation) potentiellement abusive.

Les « red flags » sont quelque chose de très connu, utilisé hors du BDSM, mais qui a été adapté aux spécificités du BDSM (en général, de façon absolument horrible, discriminante et stupide, mais nous en reparlerons dans un autre article).

Pendant notre recherche d'exemple pour illustrer le concept, nous sommes tombés sur des exemples allant de médiocre à ATROCES, un seul des articles que nous avons (re-)trouvés nous semble presque correct (malgré quelques problèmes).

Ici, nous voulons parler d'un exemple non BDSM, particulièrement corsé... Il s'agit d'une organisation qui a créé une campagne d'information sur ces signes d'alerte, à destination des campus américains, et qui est supposée aider les étudiant-e-s à se rendre compte des problèmes qui peuvent survenir.

Malgré les bonnes intentions, c'est un festival de stupidité. Et comme d'habitude pour ce genre de choses, il y a de gros soucis dans l'attitude, dans la façon de présenter les choses. Enfin, bref, le fond est douteux et la forme est douteuse elle aussi...

Si vous voulez lire des extraits : http://www.theredflagcampaign.org/handouts

D'abord, leur approche fait peur : est-ce que vraiment ces « signes d'alerte » sont ignorés par les étudiant-e-s ? Lisez les exemples sur la page dont nous venons de donner l'URL, vous verrez le niveau. En gros, si quelqu'un se comporte de façon abusive, c'est un indicateur d'une relation abusive... Non, vraiment, c'est ça qu'ils/elles disent. C'est d'un niveau pire que le niveau moyen (déjà bas) des autres articles que nous avons pu trouver. Seule une personne ayant passé toute sa vie sur une île déserte (sans contacts humains) pourrait ne pas déjà savoir tout ça. On parle de « jeunes », mais qui sont à l'université, pas d'enfants en bas âge !

Mais ce n'est pas le pire, oh non !

Ils expliquent aussi qu'il ne faut pas rester sans réagir si on est témoin de problèmes... Alors, là, il faudrait des pages pour détailler le problème, mais on est dans l'exemple typique des gens qui parlent sans réfléchir ! Se mêler des affaires des autres, même avec les meilleures intentions, peut terriblement mal se passer ! Toute personne un peu expérimentée le sait. On peut se faire agresser (parfois par les 2 personnes qui se disputaient juste avant), on peut aussi empirer la situation (passer de dispute à agression), se retrouver ensuite accusé-e d'avoir créé le problème (!) ou aussi intervenir à tort, en ne comprenant pas le contexte et blâmer la mauvaise personne dans une dispute. Intervenir, ce n'est pas une décision à prendre à la légère ! Et eux, présentent ça de façon très superficielle, exactement ce qu'il ne faut pas faire ! (Nous pourrions parler pendant des heures du sujet et de nos expériences personnelles.)

Et le pompon sur la cerise du gâteau : vous pensez que ces infos, conseils et autres sont accessibles gratuitement ? Dans un PDF téléchargeable ? Ha ha ha ! LOL. En fait, ils proposent des Kits qui doivent être achetés par les campus... Alors, là, bravo ! Que les matériels ayant un support physique (affiches, drapeaux, et autres) soient payants, c'est normal, mais pourquoi ne pas laisser leur brochure (en PDF) accessible à tout le monde ? De notre point de vue, en plus d'être choquant (comparé au discours tenu sur leur site), nous pensons que ça en dit long sur leur réelle volonté d'aider...

Bravo.

FetLife : encore des discours étriqués et élitistes sur le BDSM

Août 18
FetLife : encore des discours étriqués et élitistes sur le BDSM 18 Août 2020 Larry

Le retour de l'élitisme !

C'est désespérant. Pourquoi trouvons sans arrêt des discours étriqués et élitistes sur le BDSM ? C'est affolant, on en trouve vraiment partout. (Voir notre article sur le sujet.)

Il y a quelques jours, nous sommes encore tombés sur un profil (homme dominant ayant la 40aine) du site BDSM FetLife qui accumulait les préjugés, les remarques sournoisement discriminantes et subtilement méprisantes...

Et toujours ce jugement -absurde- que parce que de nos jours le BDSM est plus visible, parce qu'il y a eu un développement des intérêts commerciaux, ça veut dire que c'est différent (dans le mauvais sens). Mais non, combien de fois faudra-t-il le dire ? Le BDSM est seulement plus visible, les gens osent en parler presque ouvertement, c'est tout.

Non, il n'y a pas de transformation du BDSM en un truc plus « fun » et « ludique », ça existait déjà !

Et ne parlons pas des aberrations du type : le BDSM regroupe des gens rejetés de la société. Non, les pratiques BDSM étaient (et sont encore souvent) rejetées, du moins en parler trop fort était plus que mal vu, ça ne veut pas dire que les gens qui en font sont anormaux ! Nous l'avons déjà expliqué dans de nombreux articles (voir un exemple) : les gens qui font du BDSM ne sont pas une petite minorité, c'est très répandu !

Arrêtons cet élitisme (ignorant) qui réduit le BDSM à une infime minorité ayant des idées très arrêtées sur ce que « doit » être le BDSM et qui s'arrogent unilatéralement le monopole de la chose. Tout ça, c'est bidon !

Franchement, ce genre de choses nous font bondir à chaque fois...

➜ Mais nous répéterons la vérité aussi souvent qu'il le faudra, histoire de contre-balancer ces stupidités.

Pornos BDSM : bonjour le niveau !

Août 10
Pornos BDSM : bonjour le niveau ! 10 Août 2020 Larry

Avez-vous déjà lu les titres et descriptions des vidéos porno BDSM ?

Sérieusement...

Les pornos classiques c'est déjà tout un festival de vulgarité, à croire que les gens qui « rédigent » ces choses font un concours pour voir qui descendra le plus bas dans la vulgarité. Mais les vidéos BDSM, c'est pas mal non plus dans le genre...

Regardez quelques exemples sélectionnés (copiés/collés de divers essais sur Google France) :

Ça serait comique si ce n'était pas si navrant !

Avez-vous remarqué aussi l'utilisation ridicule de certains termes comme « dur » ou « hard » ou « extrême » ? Entre parenthèses, il n'y a généralement RIEN de hard et encore moins d'extrême dans ces vidéos...

C'est vraiment embarrassant, clairement ces gens-là ne connaissent rien au sujet mais, surtout, pourquoi pensent-ils que lire de telles élucubrations va attirer des clients ?

Nous pensons que cette idée que le porno (BDSM ou non) est associé à la vulgarité n'apporte rien, au contraire, c'est très embarrassant et a même de quoi vous repousser.

Nous avons remarqué qu'en France, c'est particulièrement aigu.

Le porno, ce n'est pas vulgaire, le sexe ce n'est pas vulgaire ! Et toutes ces présentations ne font que donner des armes aux personnes qui y sont opposées !

Mais ça va être difficile de convaincre des gens qui sont convaincus que c'est normal de parler ainsi et qui continueront de faire comme avant, par bête imitation.

Pathétique !

Attention, parler n'est pas communiquer !

Août 02
Attention, parler n'est pas communiquer ! 02 Août 2020 Larry

Un des plus gros problèmes que vous pouvez rencontrer dans le BDSM est le malentendu : généralement dû à un problème de communication. Et un malentendu peut aisément déraper en drame.

Pourtant tout le monde parle toujours, très haut et très fort, de l'importance de la communication dans les couples (BDSM ou non).

Oui, c'est très bien de dire ça, mais l'appliquer, c'est mieux ! Parce que vu le nombre de problèmes, il est clair que les bonnes intentions restent bien souvent au stade d'intentions...

Un des points critiques, qui nous semble être trop rarement évoqué, est que beaucoup de personnes confondent parler et communiquer. Mais ce n'est pas du tout la même chose !

On peut parler pendant des heures pour ne rien dire, ou ne pas avancer sur un sujet (comme le consentement dans le BDSM, par exemple). Vous avez certainement vu, ou en avez au minimum entendu parler, le problème de la « réunionite » dans une société ou une administration : des heures entières passées en réunion pour au final ne rien décider ou ne pas avancer, ce qui justifie la prochaine réunion inutile...

Passer 4 heures en réunion d'une dizaine de personnes pour au final ne pas se décider pour le choix de la couleur d'une icone du site internet, ce n'est pas vraiment constructif. (Une anecdote véridique.)

Dans le BDSM, nous rencontrons le même problème. Parler est facile, communiquer, se comprendre mutuellement, c'est bien plus dur, surtout quand on aborde des sujets intimes et parfois difficiles et délicats. S'y rajoutent les problèmes de stéréotypes et préjugés sur la sexualité, les couples, etc. Au final, ce n'est pas facile !

Pourtant, c'est un problème vital.

Alors, quelles solutions ? Pas facile de répondre, ça dépend des situations, du contexte. Mais une chose est sûre : il faut absolument prendre le taureau par les cornes, ne pas éviter le véritable sujet en parlant qui en réalité sont des choses superficielles.