Abus ? Tout le monde s'en fout !

Juin 10
Abus ? Tout le monde s'en fout ! 10 Juin 2020 Larry

J'en ai marre ! Marre. MARRE.

Marre de voir partout que les troll-e-s font la loi, que les trolleries, moqueries, insultes, menaces, et tous les comportements les plus abjects, dominent le discours avec soit la complicité des modérateurs/trices, soit le silence le plus complet. Marre aussi de voir que des abuseurs notoires, connus, se baladent tranquillement parmi nous.

Sur le site BDSM FetLife, j'en vois des illustrations tous les jours. Et ce n'est pas la première fois que j'évoque le problème ! De façon générale, je dis depuis longtemps que je pense que le milieu BDSM français est fortement toxique, dominé par les troll-e-s et que les abus ne disparaîtront jamais à cause de ces attitudes problèmatiques.

Mais ce qui me rend réellement malade, c'est quand on a des cinglé-e-s qui foulent aux pieds la décence la plus basique, qui publient des écrits violents, menaçants, racistes, discriminants au dernier degré, et que PERSONNE NE FAIT RIEN. Et ce n'est pas faute de les avoir signalés, donc il n'y a pas l'excuse de « ne pas savoir ».

Ha, une petite précision : j'utilise le mot cinglé-e plus bas, ce n'est pas une exagération ou un mot mal choisi. Je parle vraiment de gens qui ont des discours absolument incroyables, à un degré choquant. Si vous les lisiez, vous comprendriez pourquoi j'ai choisi ce mot !

1) La raciste

Il y a un mois maintenant (6 mai 2020), j'avais signalé des écrits d'une cinglée qui avait sorti  2 écrits bourrés de trucs racistes (style : « j'aime pas les nègres ! »). Si vous lisiez ses élucubrations, vous n'en reviendriez pas, elle délire complètement.

Mais ça n'excuse pas des paragraphes entiers de bizarres trucs racistes (et je ne parlerai pas de son profil, WTF?).

Environ 2 jours après, un des textes, qui accompagnait une capture d'écran a été supprimé. Est-ce suite à ma plainte ? Je ne le saurai jamais (FetLife ne fait jamais de retour suite à une plainte). Mais son 2d écrit, qui était bien plus violemment raciste (et bizarre), est encore là, plus d'un mois après !

2) L'abuseur

La raison principale pour laquelle je reviens (encore) sur ce sujet, c'est lui.

Ce n'est pas la première fois que je parle du problème qu'il pose (voir mon article sur les abus).

En résumé, on parle ici d'un gars qui est mentalement instable, extrêmement violent, menaçant et agressif, qui dès son arrivée sur les forums de FeLife a été menacer un des modérateurs (dans son deuxième message !). On parle de quelqu'un qui avait -à l'époque- des pages entières de menaces vers diverses personnes (nommées) sur son profil, et des gens qui sur sa propre page lui répondaient que s'il continuait, ils feraient appel à la police. Sur son propre profil, des gens les menaçaient de la police ! Il y avait aussi une plainte d'une femme soumise qui disait regretter amèrement de l'avoir rencontré et exigeait qu'il efface les photos d'elle qu'il affichait sans sa permission.

Charmant, pas vrai ?

Et encore, vous n'avez pas lu ses élucubrations, vous n'imaginez pas comme il est violent...

Les modérateurs/trices des forums français le connaissent, savent qui il est et ont vu son comportement, depuis des années (malgré ses changements de pseudo). Pourtant, il n'a pas été banni ! C'est fou ! Ils/elles savent qu'il est cinglé, il n'y a aucune excuse !

Comme je l'ai déjà raconté ailleurs, j'ai signalé son profil, 2 fois par mails et de vive voix à une association, car il parlait de venir à un de leurs Munchs. Sans aucun résultat. Je n'ai pas eu de réponse, aucune réaction, mes avertissements, pourtant accompagnés de preuves (il suffisait d'aller lire son profil !), ont été totalement ignorés. L'info n'avait même pas été transmise au sein de l'association ! C'est dément ! On parle d'un cas absolument flagrant. Je ne sais plus quoi dire ou faire. Par contre je peux dire que c'est du foutage de gueule !

Depuis, j'ai lu qu'il disait être allé à un de leurs Munchs (avant la pandémie). Je ne sais pas si c'est vrai, car il a tendance à imaginer des choses... Mais perso, ça m'effraie !

Pour être clair : si j'apprenais qu'il va à un Munch ou à une soirée, je déconseillerai absolument à quiconque d'y aller, encore plus fortement aux femmes (son comportement est hallucinant).

Le 25 mai 2020, il a publié un nouvel écrit sur FetLife, environ 6 pages de délires, de menaces générales, mais aussi contre une personne en particulier, dont il donne divers pseudos (mais je n'ai pas réussi à détermine qui exactement, c'est pas clair). Quand je dis menaces, croyez-moi, on parle de VRAIES MENACES, avec un discours à faire peur.

J'ai immédiatement signalé son écrit à FetLife (voir mon explication des problèmes de signalement) dans la catégorie « message de Haine » (son écrit comportait plusieurs fois des explications qu'il hait ci et ça, etc.).

➜ Aucune réaction de la part de FetLife.

J'ai recommencé avec cette fois l'option « content not permitted »  le 8 juin à 20:10.

➜ Aucune réaction de la part de FetLife.

(Note : FetLife a des caretakers qui parlent français, donc je n'accepterai pas l'excuse de la barrière du langage.)

Vous comprenez pourquoi je dis que TOUT LE MONDE S'EN FOUT ?

Est-ce que réellement je suis la seule personne qui se soucie de ce genre de choses ?

Associations, sites de communauté, modérateurs/trices : rien à foutre ! Même avec des preuves, visibles sur le profil du gars en question, personne ne bouge !

C'est dément !

Après ça, qu'on ne vienne pas me dire que le milieu est bienveillant, qu'on est en sécurité, ou autre. Ce genre de choses, où il y a 100% de preuves indéniables, montre que devant les abus, les menaces, les comportements les plus déments, on détourne les yeux et personne ne bouge tant qu'il n'y a pas un scandale majeur. Et ça viendra. Il n'est pas possible que quelqu'un comme ça ne commette pas, tôt ou tard, de nouveaux abus en privé, ou des violences en public.

Mais bon, à quoi bon en parler ? Puisque tout le monde s'en fout.

Je suis écoeuré.

FetLife : encore un troll de mauvaise foi

Juin 05
FetLife : encore un troll de mauvaise foi 05 Juin 2020 Larry

Encore une fois, nous avons trouvé un troll mal famé en parcourant les écrits de la rubrique « Fresh & Pervy » du  site BDSM FetLife. Cette rubrique affiche tous les écrits (publics) de toutes les personnes inscrites sur le site.

Nous avons déjà écrit que chaque fois que nous pensons avoir tout lu en matière de stupidité sur les forums BDSM, nous trouvons de nouveaux ou nouvelles candidat-e-s. En voilà un nouvel exemple.

Vous êtes évidemment au courant des émeutes aux USA, et du regain d'intérêt pour le mouvement « Black Lives Matter » (que nous abrégerons BLM). Depuis quelques semaines, les écrits du site contiennent une énorme proportion de discussions, râleries, accusations, auto-flagellations, remarques racistes (principalement contre les blancs et les noirs), et délires en tout genre. Nous aurions beaucoup à dire sur ce que ces commentaires/écrits révèlent sur leurs auteur-e-s, mais ce n'est pas le sujet de ce post.

Le troll donc nous parlons a posté le message (censuré) ci-dessous :

En résumé : il avait posté un lien vers une vidéo (aux USA évidemment) où des gens hurlaient « Black Lives Matter » tout en tabassant un homme gay blanc (qui n'avait rien fait de mal). Mais son écrit a été supprimé pour non respect des règles de contenu du site FetLife...

Note : en américain, « fag ou faggot » est une insulte homophobe, équivalente à « pédé » en français.

Du coup, il se plaint violemment auprès de John Baku (créateur du site) en demandant si cette suppression veut dire que la position officielle du site FetLife est que « BLM » est plus important que la « vie des pédés » ?

Maintenant que nous avons expliqué son raisonnement (biaisé et de mauvaise foi), voici notre explication du problème.

En réalité, ce qui s'est passé, c'est qu'il avait posté un message disant « Black Lives Matter ... pédé » (voir capture ci-dessous). Et une personne qui a vu son écrit n'a évidemment pas réalisé que ce qu'il voulait faire c'était dénoncer les actes de la vidéo, et a porté plainte auprès des modérateurs/trices du site. Ben oui, mais comment voulez-vous deviner s'il n'est pas explicite ? Il n'est pas du tout évident de distinguer l'ironie d'un vrai post raciste ou homophobe ! Si la personne qui s'exprime vous est connue, vous déduirez certainement qu'il ou elle satirise, mais une autre personne aura toutes les raisons de prendre l'écrit au pied de la lettre (surtout vu la situation tendue actuelle aux USA).

Ci-dessous, vous avez l'explication du créateur du site :

Vous voyez, il est évident qu'il s'agit d'un malentendu parce que le troll n'avait rien fait pour indiquer qu'il était sarcastique, c'est normal qu'un modérateur ou une modératrice ait effacé ce qui semble clairement être des propos homophobes !

Mais lui, de totale mauvaise foi, transforme ça en une attaque du site contre les gays... Ça n'a aucun sens, il est absolument hypocrite. De plus, malgré tous les défauts du site et de son créateur, rien n'a jamais indiqué qu'ils/elles soient homophobes !

Le troll crée clairement un pseudo-conflit de toutes pièces.

En plus, il crée une fausse dichotomie entre BLM et les gays : pourquoi l'un ou l'autre sujet devrait être plus important ? C'est ridicule.

Rappelons que nous sommes de virulents critiques de FetLife et de l'attitude de son créateur (voir nos récents articles sur le problème du bouton « report » caché et des problèmes de signalement, par exemple). Mais ça n'empêche que la vérité est la vérité, nous ne pouvons pas laisser passer de fausses accusations aussi évidentes...

Franchement, nous trouvons que Baku aurait dû le rembarrer et pointer du doigt son évidente mauvaise foi, car d'autres personnes qui ont lu les échanges en ont retenu que le site supporte l'homophobie, parce que les gens lisent trop souvent en diagonale, ou ne lisent carrément pas le texte d'origine (du coup, on peut faire passer toutes les accusations les plus absurdes)...

Encore une fois : bonjour l'ambiance !

FetLife : QA (Questions/Réponses) ? Avec tous les problèmes du site, c'est bien le sujet le moins prioritaire !

Mai 29
FetLife : QA (Questions/Réponses) ? Avec tous les problèmes du site, c'est bien le sujet le moins prioritaire ! 29 Mai 2020 Larry

Décidemment, il nous est impossible de comprendre ce que les gens qui gèrent le site BDSM FetLife ont dans la tête. Franchement, ils et elles accumulent les décisions stupides.

Il y a plein de problèmes sur le site : les messages privés (MPs) non sollicités, l'ambiance toxique due aux troll-e-s, les abus en tout genre, le départ des gens qui participaient le plus (chassés par la mauvaise ambiance), la censure, etc. La liste complète serait longue.

Nous avons déjà beaucoup écrit sur les problèmes de mauvaise ambiance (et autre) rencontrés dans le BDSM, y compris sur les forums, notamment ceux de FetLife.

(Attention, il faut un compte FetLife pour accèder aux divers liens FetLife postés ci-dessous.)

Résoudre tous ces problème n'est pas simple, nous en sommes bien conscients. Mais nous maintenons qu'il est possible de minimiser les problèmes (pour un coût raisonnable), il y avait même eu des discussions à ce sujet en avril 2018 quand John Baku (créateur du site FetLife) avait posté un écrit qui abordait divers problèmes rencontrés sur le site et qui pourrissent l'ambiance.

Référence (FetLife) :

Creating a Safe, Open, and Healthy Environment for Everyone on FetLife
https://fetlife.com/groups/311/posts/12370986

Nous en avons déjà discuté dans notre article qui expliquait que le filtrage par genre est stupide et ne résoudra rien.

Malheureusement, les « solutions » bidon, abondent, comme par exemple cette idée naïve et stupide de filtrer les messages agressifs avec un script (ce qui ne peut pas marcher). Pourtant, dans la masse de propositions ridicules, impossibles à réaliser, qui ne résoudraient rien, et qui généralement discriminent injustement les hommes, il y avait eu des vraies solutions, faisables, raisonnables, qui avaient été proposées. Deux ans après, pour ainsi dire rien n'a été changé...

Au lieu de traiter les vrais problèmes, ils préférent parler de sujets qui sont clairement de mauvaises idées, comme le filtrage par genre évoqué plus haut, ou partir dans des projets complètement absurdes comme la section Questions/Réponses (Questions/Answers section).

La « section QA » est un projet lancé par FetLife le 27 novembre 2018 (déjà !), qui annonçait la création d'une nouvelle section pour le site.

Référence :

FetLife's Upcoming and New Q&A Section
https://fetlife.com/groups/311/posts/13579895

Alors que quelques mois auparavant, il y avait eu une véritable liste de doléances, de très nombreux problèmes avaient été discutés, ils ont choisi d'ignorer tout ça pour se lancer dans un projet que personne ne demandait réellement. Ça dépasse l'entendement !

Bien sûr, dans le message, John Baku explique qu'il s'agit d'un projet hors des sentiers battus, fait pour se changer les idées, bla bla bla. Son explication ne vaut rien. Beaucoup de temps et d'énergie y sont consacrés, alors que l'équipe technique de FetLife est minuscule, et ce au détriment de problème absolument urgents, qui attendent depuis des années ! La vérité, c'est qu'il est plus facile de bosser sur des nouveaux projets comme ça que de résoudre les problèmes, l'auteur, qui est informaticien professionnel, connaît bien cette attitude (classique) : on ne nous la fera pas !

Mais ce n'est pas le seul problème ! Oh non, attendez la suite.

Le problème que nous voulions soulever c'est que cette QA ne marchera pas ! C'est une très mauvaise idée. Elle tombe comme d'habitude dans les pièges classiques des projets auxquels participent des volontaires avec tous les problèmes de manque de sérieux, de mythes, de favoritisme, de circle-jerk, etc. Rien de nouveau là-dedans, ces problèmes sont connus, mais ils n'en tiennent visiblement pas compte.

Nous avons ajouté quelques captures d'écrans des points principaux (trouvés dans la page référencée ci-dessus) :

Cette première capture donne l'objectif de la QA, suivi d'une description dithyrambique de la « communauté ». Il oublie bien vite les troll-e-s qui ont envahi le site et y font -de fait- trop souvent la loi. Mais passons.

La capture ci-dessus présente les problèmes majeurs.

D'abord le système basé sur la « réputation ». Ce type de système, supposé s'auto-réguler, ne marchera pas ! D'autres sites ont démontré que très vite le système est détourné, abusé et les gens les plus agressifs, les troll-e-s dominent rapidement tout. Et ce type de système encourage fortement la pensée unique, le « circle-jerk ». Nous nous plaignons depuis des années des problèmes de mythes et de croyances bizarres, souvent toxiques (et élitistes) qui caractérisent trop souvent le BDSM, vous pouvez être certain-e que les gens qui ont le plus d'idées fausses et toxiques vont l'emporter et remplir cette rubrique de stupidités !

Ensuite, le « Democratic & community lead » enfonce le clou. Là, vous avez la garantie que très vite les voix des gens raisonnables seront étouffées. Rares sont les personnes qui luttent (comme nous) contre les mythes, qui pensez-vous l'emportera dans un vote entre les nombreux adeptes de la pensée unique ou les rares personnes qui ont un esprit critique ?

Mais le top, le pompon de la stupidité, c'est cette phrase : « The people who review questions and answers won't be evaluating the correctness of the question or answer ». Absurde ! Même si une question ou une réponse est clairement trollienne, on va la laisser passer, à charge au reste de la communauté de voter dessus. Ce système mène toujours à une domination des opinions les plus stupides.

Rappelons que cette section QA n'est pas anodine ! Les gens qui la liront lui accorderont certainement du crédit, pensant que c'est une source d'information sérieuse, fiable. (LOL)

En plus, comme le montre la capture ci-dessus, cette section sera accessible au public, même aux personnes non inscrites sur le site ! Idéal pour propager les mauvaises idées.

Et histoire de vous achever définitivement : le dernier point « no debating, no arguing », jette à la poubelle tout espoir de corriger les problèmes ! On ne pourra donc même pas discuter des erreurs et autres trolleries qui entreront dans le système. Bravo !

Bref, tout ça c'est plein de bonnes intentions, mais quiconque sait comment ça marche sur internet, et dans le BDSM, devrait immédiatement se rendre compte que ça ne marchera pas ! Les bonnes intentions ne suffisent pas, il faut tenir compte des problèmes, notamment des troll-e-s.

 

Conclusion : nous somme consternés. Non seulement de précieuses ressources sont consacrées à ce projet au lieu de règler les vrais problèmes, mais en plus, nous sommes certains d'avance que le résultat sera de mauvaise qualité et propagera à fond les mythes et autres idées fausses. Pourquoi est-il si difficile de défendre la vérité et la raison dans le BDSM ? Est-ce trop demander ? C'est à vous faire enrager de voir ça !

Comment peut-on faire confiance à des écrits qui contiennent des erreurs flagrantes ?

Mai 27
Comment peut-on faire confiance à des écrits qui contiennent des erreurs flagrantes ? 27 Mai 2020 Larry

Comment peut-on faire confiance à des écrits qui contiennent des erreurs absolument énormes, flagrantes, qui mettent en cause le sérieux et les compétences des auteur-e-s ?

C'est une question importante, car nous avons lu beaucoup d'études, de livres et autres, et dans bon nombre de cas (presque tous), nous avons trouvé des problèmes, des erreurs. Mais le souci est quand l'erreur en question est si énorme qu'elle remet en question tout le reste.

Soyons clairs : tout le monde peut faire une erreur, mal s'exprimer, ou tout simplement avoir fait une erreur de mise en page. Ce n'est pas de ça dont nous parlerons ici !

Nous ne parlerons pas non plus des bourdes liées à d'autres domaines : si votre voisin (un boulanger) croit que la lune est un morceau de fromage géant, vous allez vous poser des questions sur lui, mais ça ne voudra pas dire qu'il ne sait pas faire du bon pain. Par contre, si votre cousine astronome vous sort la même croyance : comment pourrez-vous avoir confiance en ce qu'elle dira d'autre dans son domaine ? Si elle vous sort une aberration flagrante, même pour un non-expert, qui sait si le reste de ses assertions ne seront pas du même tonneau ?

Un exemple que nous utilisons souvent : les psychiatres du 19e siècle, du type Krafft-Ebing, qui pontifiaient à fond sur le sadisme et le masochisme (et ont fait beaucoup de mal au BDSM) croyaient dur comme fer que la masturbation provoquait des maladies graves et pouvait même mener à la mort. C'est fou ! Comment des médecins (de formation) pouvaient encore adhérer à de stupides croyances de ce type ? Leurs observations scientifiques auraient dû rapidement leur permettre de conclure que c'étaient des croyances ridicules ! Surtout que nous parlons de quelque chose de répandu, pas d'un phénomène rare et difficile à observer. Si la pesanteur sociale les empêchait de prendre du recul et de reconnaître une erreur aussi flagrante, comment pouvons-nous prendre au sérieux le reste de leurs discours ?

Récemment, nous avons encore trouvé des études qui contenaient des erreurs absolument monumentales sur le BDSM. Nous voulons dire des choses qui choquent la raison de toute personne qui connait même un tout petit peu le sujet (y compris sans pratiquer). Même des choses aussi simples que la définition des rôles BDSM. Le plus troublant ? Ces thèses ont été validées par des jurys, ce qui prouve que ceux-ci sont constitués de personnes qui valident des sujets sur lesquels ils et elles n'ont absolument aucunes connaissances ! Stupéfiant ! Choquant !

Lors de nos recherches pour des articles sur les métiers du sexe dans le BDSM, nous avons aussi trouvé des perles : par exemple, un gros document, présenté comme super sérieux, des centaines de pages, qui commence dès l'introduction par une erreur énorme sur la définition du terme « escorte », d'une naïveté déconcertante, qui ferait sourire dans un autre contexte. Il suffirait à n'importe qui de moins de 5 minutes (montre en main) avec un navigateur pour trouver une définition correcte ! Et ces gens-là se prétendent experts ? C'est hallucinant ! Comment peut-on sans rire se prétendre « expert » quand on n'est même pas capable de définir correctement le sujet même du document ?

Idem pour d'autres documents écrits par des féministes radicales (extrémistes) et qui contiennent des assertions -fausses- tellement énormes que personne de sensé ne devrait prendre au sérieux le reste de leurs écrits !

Le petit problème, vous le comprenez est que dans les études sur le BDSM, ce genre de choses abondent ! Et les écrits d'autres prétendu expert-e-s autoproclamé-e-s sont encore pires !

➜ Alors pourquoi voit-on autant de gens faire référence à ces écrits bourrés d'erreurs et les citer comme s'ils étaient sérieux, des références, ce qu'ils ne sont certainement pas ?

Achat de gants médicaux en pharmacie : c'est le bon moment

Mai 27
Achat de gants médicaux en pharmacie : c'est le bon moment 27 Mai 2020 Larry

Avez-vous déjà acheté des gants médicaux dans une pharmacie ? Vous avez de la chance si on ne vous regarde pas vaguement de travers, ou vous pose des questions un peu gênantes...

Ce matin, nous sommes passés, en faisant des courses, devant une pharmacie qui vendait des boîtes de gants médicaux en plus des habituels masques et bouteilles de gel à mains.

Leur modèle s'arrêtait à la taille « Large » malheureusement. Un peu limite pour bon nombre de personnes, même pour nous qui n'avons pas de grandes mains, c'est toujours un peu juste : un peu trop serré, mais surtout la longueur des doigts est à peine suffisante, c'est -très- désagréable...

Enfin, c'est le moment pour en acheter une boîte ou deux... Histoire de pouvoir faire des pratiques un peu salissantes sans gêne.

Le problème des études sur le BDSM : une illustration scientifique

Mai 26
Le problème des études sur le BDSM : une illustration scientifique 26 Mai 2020 Larry

Depuis des années, nous nous plaignons de l'état pathétique de la recherche scientifique sur le BDSM, un des parents pauvres des recherches sur la sexualité (elles-mêmes souvent de mauvaise qualité).

Une grande partie des études sont faites par des étudiant-e-s pour leur thèse de fin d'étude, avec tous les problèmes de manque de moyen et de recul que vous imaginez... L'arrivée des romans « 50 nuances de Grey » a doublé la quantité de documents disponibles, mais pas leur qualité (au contraire !).

Le manque de sérieux de la majorité des études que nous avons lues est effrayant. Surtout celles qui sont dans le cadre psychanalyse et psychiatrie : tous les mythes, les préjugés, les stéréotypes, les idées fausses, y passent, c'est consternant. Et les introductions au BDSM, quelle misère ! Sans compter les documents inaccessibles si on n'est pas un chercheur ou une chercheuse, ce qui renforce la difficulté...

Nous venons de trouver une étude transversale (de 2019) qui est très intéressante. Elle utilise une grande partie de la littérature scientifique (un bien grand mot, pas toujours mérité, honnêtement) pour construire une description du BDSM d'un point de vue psychosocial.

Cette étude (en anglais) est plutôt correcte, et est un excellent résumé de l'état des connaissances -générales- sur le BDSM.

Si vous voulez une introduction, avec des chiffres , à la connaissance « scientifique » actuelle du BDSM, nous vous conseillons fortement sa lecture ! Nous pensons que c'est -de loin- la meilleure présentation de haut niveau sur le sujet. En plus, elle est assez récente (2019).

➜ Elle fera lieu d'un article sur notre site dans un futur que nous espérons proche...

Au fait, ne vous laissez pas impressionner par le titre abscons : le document est très lisible, et ne tombe pas dans l'abus de jargon que nous voyons passer parfois...

Référence :

Bondage-Discipline, Dominance-Submission and Sadomasochism (BDSM) From an Integrative Biopsychosocial Perspective: A Systematic Review
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC6525106

De Neef N, Coppens V, Huys W, Morrens M. Bondage-Discipline, Dominance-Submission and Sadomasochism (BDSM) From an Integrative Biopsychosocial Perspective: A Systematic Review. Sex Med. 2019;7(2):129‐144. doi:10.1016/j.esxm.2019.02.002

Bien entendu, cette étude souffre d'une limitation évidente : étant basée sur des études existantes, elle hérite évidemment des limites/problèmes de celles-ci...

Voici leur avertissement à ce sujet :

Strengths and Limitations
The limitations of the current review reflect those of the topical scientific literature. Although the number of studies focused on all aspects of BDSM is exponentially growing, most of these are only descriptive, and very few focus on underlying driving processes.

Là ou vous réaliserez à quel point le problème est aigu, est quand vous verrez le nombre d'études utilisées...

La citation ci-dessous présente leur processus de sélection d'études (le gras est ajouté par nous) :

The Pubmed database search initially generated 1,593 records. Cross-referencing further led to inclusion of 9 additional articles and book chapters. Preliminary screening of titles and abstracts resulted in 98 remaining articles to be read in full. 10 articles were found irrelevant for the current review (studies including forensic patients, opinion articles, articles related to non-BDSM sexuality), resulting in a final selection of 87 articles to be included.

Vous avez bien lu ! Au final, 87 articles seulement ont été conservés.

Après ça, qu'on ne vienne pas nous dire que le BDSM n'est pas un domaine d'études pathétique comparé à à peu près n'importe quel autre !

Mentor ou menteur ?

Mai 25
Mentor ou menteur ? 25 Mai 2020 Larry

Dans le BDSM, on parle souvent de l'idée d'avoir un (ou une) mentor, pour vous aider, vous guider à vos débuts.

Cette notion est si commune que le site BDSM FetLife propose cette option dans les profils, dans la catégorie « is looking for / je recherche». Voir la capture ci-dessous (la dernière ligne).

Nous voyons même parfois des sites (rares) qui proposent des formations au BDSM.

L'idée du mentor n'a évidemment rien de neuf, on la trouve par exemple dans le monde du travail.

Dans le cadre du BDSM, l'idée serait de guider un-e débutant-e, notamment pour leur éviter les pièges et erreurs majeures.

Tout ça est très bien, sur le papier, mais dans les faits, il y a de petits problèmes...

D'abord, tout le monde n'est pas doué-e pour expliquer, guider ou former, évidemment.

Mais, plus génant, comment déterminer qui est qualifié ? Quand nous voyons la quantité hallucinante de mythes et de croyances bizarres, sans aucune nuances, souvent toxiques (et élitistes) qui caractérisent le BDSM, propagées même par des personnes expérimentées, il y a de quoi se poser de sérieuses questions !

Un autre problème, majeur, est que certaines personnes propagent des  « valeurs » BDSM qui vont de discutables, à carrément élitistes voire nocives et dangereuses.

Nous avons lu récemment (mai 2020), une étude dans laquelle un apprenti-dominant expliquait que son « mentor » lui prodiguait des conseils. Sa description nous a fait sauter au plafond, car ce « mentor » propageait (imposait) clairement des idées pseudo-psychologiques bidon et très tendancieuses...

Enfin, le problème de fond : guider n'est pas pareil qu'inculquer les « vraies valeurs » du BDSM, qui sont en réalité personnelles au mentor. Le but du mentor ne devrait pas être d'imposer sa « philosophie » BDSM personnelle (souvent élitiste) sur d'autres ! Malheureusement, ça semble être la façon de faire de bon nombre de personnes...

Alors, mentor ou menteur ? Prudence si vous cherchez un-e guide, vous risquez fort de ne pas être bien guidé-e et de vous en mordre les doigts...

Auto-régulation du « milieu » BDSM : est-ce possible ? Souhaitable ?

Mai 24
Auto-régulation du « milieu » BDSM : est-ce possible ? Souhaitable ? 24 Mai 2020 Larry

Le « milieu » du BDSM souffre d'un problème d'abus. Régulièrement, on lit des témoignages, par exemple sur le site BDSM FetLife, et nous savons bien que ceux-ci ne sont qu'une petite partie des vrais problèmes.

Bien que le BDSM en soi ne soit pas abusif, il est clair qu'il facilite les abus et surtout rend difficile la dénonciation des coupables. D'abord parce que certaines pratiques peuvent vous mettent à la merci d'une autre personne (attaché-e par exemple), il y a aussi le problème des prédateurs qui croient trouver des proies faciles (mais qui n'ont aucun intérêt dans le BDSM), enfin, le problème de la loi du silence fortement amplifié par les préjugés de la police/justice (« ben, fallait pas vous laisser attacher ! »).

Tous ces problèmes provoquent parfois des questions du style « pourquoi les gens qui font du BDSM ne règlent pas les problèmes eux-mêmes ? ». Ce sentiment est parfois répété par les pratiquant-e-s, nous avons vu des initiatives lancées dans les forums du site BDSM FetLife.

Oui, mais tout ça c'est très bien, c'est très facile à dire, mais est-ce possible, et même souhaitable, de mettre en place des structures d'auto-régulation (quelle que soit leur forme) pour aider à règler les problèmes ?

Possible ?

Vous savez que les systèmes judiciaires de nos pays sont très complexes, et donnent trop souvent des résultats peu satisfaisants. Nous en avons eu des exemples personnels peu encourageants...

Pensez-vous sérieusement qu'il serait possible de reproduire, même partiellement, les processus mis en oeuvre dans ces systèmes ?

Quelques exemples de problèmes :

  • comment s'assurer de l'impartialité des personnes responsables ? Le favoritisme est déjà un gros problème dans le BDSM... Comment éviter la corruption ?
  • comment choisir ces personnes ? Des élections ? Sur quels critères ? Les gens les plus connus seraient favorisés mais rien ne dit qu'ils/elles seraient compétent-e-s et surtout impartial-e-s. Et le problème -répandu- d'élitisme (aux idées très étroites) rendrait le problème encore plus aigu.
  • comment financer tout ça ? Oui, il ne faut pas se faire d'illusions, ça coûtera forcément de l'argent.
  • comment gérer les débats accusation/défense ?
  • comment enquêter pour s'assurer de ce qu'il s'est réellement passé ? (Même avec les moyens humains et financiers énormes de la France, par exemple, c'est souvent le n'importe quoi, alors sans expérience ni moyens...)
  • comment appliquer les éventuelles « condamnations » ? (Par exemple en impliquant la justice ?)
  • comment gérer les erreurs (il y en aura toujours) ?

Un dernier problème, majeur, que nous mettons à part : la très grande majorité (>95%) des gens qui font du BDSM le font dans leur couple, et ne vont jamais dans le « milieu » public du BDSM (voir cette étude sur la Belgique). Comment gérer de tels cas ? De quel droit une organisation non officielle pourrait-elle s'en mêler ? Avec tous les risques de débordements que ça implique... Ensuite, on pourrait bannir les coupables des évènements publics, mais en quoi cela les empêcherait de faire d'autres victimes (en privé) ? Même une liste de gens à éviter ne serait lue que par une infime minorité de nouveaux/nouvelles venue-s !

Souhaitable ?

Même s'il était possible de mettre en place un système qui permettrait aux gens de « porter plainte », le risque de donner un pouvoir -même s'il est virtuel- énorme à une poignée de gens se finirait de façon certaine par une ascension de gens avides de pouvoir et ayant de mauvaises mentalités.

On voit ce phénomène dans toutes les organisations. Voulons-nous réellement avoir des troll-e-s, des extrémistes, et même probablement, des abuseurs, dans des positions qui leur permettraient de « faire la loi » ? Il y a déjà suffisamment de problèmes dans le milieu !

Conclusion

Nous pensons que le seul cas où ça pourrait marcher, et encore, avec de sérieuses mesures « garde-fou », serait dans le cadre de clubs/associations qui géreraient uniquement les problèmes de leurs membres. Et même là, nous savons d'avance qu'il y aurait tôt ou tard des dérives...

Hors de ce cas, non, nous ne pensons pas que ça puisse marcher.

La seule solution, qui n'a rien de facile, reste de se référer à la vraie justice, mais il faudra malheureusement encore beaucoup d'évolution des moeurs en matière de sexualité (dont le BDSM) avant que le système pesant de la justice ne soit adapté à ces situations...

Un problème difficile, qui n'a pas de solution simple et facile...

Les articles d'introduction au BDSM font-ils plus de mal que de bien ?

Mai 20
Les articles d'introduction au BDSM font-ils plus de mal que de bien ? 20 Mai 2020 Larry

Voilà maintenant plus de 3 ans que nous avons créé notre site sur le BDSM.

En 3 ans, nous avons eu le temps de lire beaucoup de documents, de commentaires sur les forums et autres. Comme nous l'avons déjà écrit à plusieurs reprises, le niveau des études est généralement faible, et ce sont des écrits produits par des pros ! Les articles et commentaires sont le plus souvent bourrés de problèmes, de préjugés et même parfois d'erreur flagrantes.

Un type de document en particulier a attiré notre attention : les introductions au BDSM.

Nous avons trouvé des études qui commencent par une présentation du BDSM qui est tout à fait correcte, même si parfois on y trouve des raccourcis malheureux. Mais d'autres (que nous ne citerons pas, LOL) contiennent de sérieux délires dès le départ. Bon, nous pouvons le pardonner (dans ue certaine mesure) quand le document est écrit par des gens qui n'utilisent le BDSM que comme support ou illustration, pas comme sujet d'étude.

Par contre, la très grande majorité des articles d'introduction au BDSM que nous avons trouvés ont de sérieux problèmes. La plupart ont de bonnes intentions, bien sûr. Certains sont des articles visiblement écrits « rapido » par des journalistes en mal de copie (typiquement pour des magazines féminins ou masculins), le niveau s'en ressent évidemment mais nous n'espérions pas de miracle, ce ne sont pas des références. Le plus inquiétant, et problématique, est quand ces écrits sont présentés comme sérieux, comme écrits par des gens ayant des connaissance sur le sujet ou au moins en sexualité. Nous avons ainsi trouvé des textes écrits par des étudiant-e-s en sexologie qui contenaient des -grosses- erreurs, c'est embarrassant : eux n'ont pas les excuses des journalistes dont ce n'est pas le métier...

➜ Nous nous posons la question : est-ce que tous ces textes qui veulent présenter le BDSM au grand public, le démythifier, ne sont pas, au final, plus toxiques que bénéfiques ?

L'avantage -relatif- de ces articles est la propagation de nombreux articles aide à renforcer l'idée que le BDSM n'est pas si marginal, et n'est pas une maladie mentale.

Mais, la propagation de mythes, stéréotypes, préjugés et parfois d'erreurs est un problème sérieux. Comment peut-on distinguer le vrai du faux si on débute ?

Le pire est évidemment quand on parle de documents ayant une « aura » (les encyclopédies ou Wikipedia). Le cas de Wikipedia français est particulièrement critique : les articles en français présentent une vision totalement bizarre et biaisée du BDSM, rien à voir avec la réalité, c'est surprenant. Mais si vous ne connaissez pas déjà le BDSM, comment pourrez-vous détecter le problème ? Après tout, il n'y a pas de référence reconnue sur laquelle se rabattre...

Nous tendons à penser que ces articles font, généralement, plus de mal que de bien.

Vérification de profils sur xHamster avec un panneau

Mai 20
Vérification de profils sur xHamster avec un panneau 20 Mai 2020 Larry

Vous vous rappelez peut-être de notre présentation de solution pour valider un profil en utilisant un panneau ?

Nous avions évoqué que sur le site adulte xHamster.com, de nombreuses personnes utilisaient cette méthode dans les petites annonces pour valider leur profil, pour prouver qu'ils et elles sont réellement les personnes derrière les profils.

Mais xHamster propose aussi d'utiliser cette technique pour valider votre profil.

Ils appellent ça une introduction.

Ils demandent donc aux utilisateurs/utilisatrices de poster une photo (ou une vidéo) sur laquelle vous tenez un panneau sur lequel vous inscrivez votre pseudo et le nom du site (xHamster).

La seule différence étant que là, il faut être à visage découvert.

Nous évoquons leur technique parce que depuis quelques jours ils ont ajouté une option qui permet de masquer cette introduction pour la rendre privée uniquement, afin, évidemment, d'éviter que des personnes quelconques ne tombent par hasard sur votre photo. xHamster étant public, n'importe qui peut le parcourir sans s'enregistrer, donc cette option est très utile.

Ci-dessous, le message que nous avons récemment reçu et qui explique cette option.

La page pour télécharger la photo/vidéo, notez l'option « show in profile » en bas à droite.

Une bonne idée, parce que poster son visage n'est quand même pas anodin, il y a quelques années, nous étions tombés sur le profil d'une femme qui était étudiante avec nous, elle avait posté des photos où on reconnaissait son visage...

Pour le BDSM, c'est encore plus délicat, comme nous l'expliquons dans notre article sur les risques associés aux photos...